Hè esciutu u #166 !

https://uribombu.corsica/produit/n166-aprile-maghju-2024/ Nazione : Speculazione in ulmetu Mubilizazione è cunfarenza di stampa Dossier Kanaky - La refonte du corps électoral, passage obligé vers l'émancipation - Interview : Mickael Forrest, ministre du FLNKS - De la Kanaky à la Corse, la stratégie coloniale contre la liberté des peuples. U Ribombu Internaziunale - Charité bien ordonnée..."344 millions d'euros" POUR QUOI FAIRE...? - Ci hè da ride : Ange rovere revisite l'histoire Sindicatu di i Travagliadori Corsi - 40 anni di lotte suciali discorsu di Fred Bagnaninchi Storia - Consulta d'Orezza U 18 d'aprile 1734 - Pasquale Paoli, U Ritornu Aprile 1755 - I martiri di Ponte Novu, L’ottu di maghju 1769 Cultura - A Casa di Zia Mattea, a cultura in u cruzzini

Cap’Articulu #166 : Un projet national, contre la mise au pas de tout un peuple.

“ Ce dont la Corse a besoin, plus que jamais, c’est d’un mouvement national fort dans toutes ses composantes, ainsi que de contre-pouvoirs - dont l’Assemblée de Corse doit faire partie - qui s’opposent résolument au rouleau compresseur colonial par tous les moyens. " Comme le souligne un récent communiqué du mouvement NAZIONE, la volonté affichée par l’Etat français de mettre au pas toute la société corse n’aura jamais été aussi forte qu’en ce moment. Au-delà de la répression qui cible avec cynisme et brutalité les militants de la cause nationale, c’est aux liens de solidarité et à cette proximité, qui nous permet en réalité de faire la part des choses, que l’on s’attaque. En Corse, aujourd’hui, comme dans n’importe quelle colonie du 19ème siècle, l’Etat croit pouvoir tout se permettre. Des contrôles routiers de plus en plus agressifs, sur fond de propos racistes anti-Corses, à la bavure assassine, en passant par l’interpellation - à grand renfort médiatique - d’un homme d’église pour un simple contrôle fiscal, tout est fait pour « civiliser » notre « communauté ». Cette campagne qui ne dit pas son nom n’est possible qu’auprès d’une population anesthésiée par des discours de soumission et d’auto-flagellation permanente qui laissent la puissance tutélaire étrangère seule arbitre de nos problèmes de société. Ceux qui nient le fait colonial comme la dimension authentiquement nationale d’un combat de libération d’un demi-siècle, ceux qui appellent de leur vœux davantage de pouvoirs pour un appareil policier et politico-judiciaire dont l’action sera toujours dirigée contre les libres choix des Corses, ceux qui s’accommodent des miettes que leur réserve un système qui nie les droits fondamentaux - voire l’existence même - de leur propre peuple, tous ceux-là, sont objectivement partie prenante de cette démarche mortifère. Il est donc grand temps de sortir de la torpeur actuelle dans laquelle continuent de nous plonger de pseudo discussions qui, telles les lettres de Choiseul à Pasquale Paoli, ne font pour l’heure que détourner l’attention, pendant que les grandes manœuvres de « normalisation » se déploient contre nous, et ce que nous sommes depuis toujours; en fait, contre tout ce que nous avons le droit - et à ce jour l’impérieux devoir - d’être, au nom de la mémoire mais aussi, et surtout, de l’avenir. Aujourd’hui, la Corse n’a certainement pas besoin du programme commun d’une gauche française niant notre réalité de peuple et de nation, ni d’une approche « identitaire » calquée sur l’extrême droite bien française, elle aussi, et qui n’a rien à voir avec le nationalisme corse dont elle peut, paradoxalement mais par opportunisme, se réclamer. Pas plus qu’elle ne trouvera de salut dans l’action politicienne d’une droite, très française toujours, qui ouvre la voie à une « désanctuarisation » programmée de notre terre et au diktat des forces de l’argent qui dépossèdent chaque jour un peu plus les Corses dans leur propre pays. Non, ce dont la Corse a besoin, plus que jamais, c’est d’un mouvement national fort dans toutes ses composantes, ainsi que de contre-pouvoirs - dont l’Assemblée de Corse doit faire partie - qui s’opposent résolument au rouleau compresseur colonial par tous les moyens. Et qui porte un ambitieux projet national, véritable alternative à la dépendance qui nous ruine et nous détruit en tant que peuple, de moins en moins lentement, de plus en plus sûrement. NAZIONE sera l’instrument de cette stratégie assumée, et validée lors de son Assemblée Générale constitutive, car c’est là sa raison d’être.

U vostru Ribombu #166 hà da esce !

Nazione : Speculazione in ulmetu Mubilizazione è cunfarenza di stampa Dossier Kanaky - La refonte du corps électoral, passage obligé vers l'émancipation - Interview : Mickael Forrest, ministre du FLNKS - De la Kanaky à la Corse, la stratégie coloniale contre la liberté des peuples. U Ribombu Internaziunale - Charité bien ordonnée..."344 millions d'euros" POUR QUOI FAIRE...? - Ci hè da ride : Ange rovere revisite l'histoire Sindicatu di i Travagliadori Corsi - 40 anni di lotte suciali discorsu di Fred Bagnaninchi Storia - Consulta d'Orezza U 18 d'aprile 1734 - Pasquale Paoli, U Ritornu Aprile 1755 - I martiri di Ponte Novu, L’ottu di maghju 1769 Cultura - A Casa di Zia Mattea, a cultura in u cruzzini

Marzu #165 hè esciutu

https://uribombu.corsica/produit/n164-marzu-2024/ U Ribombu Internaziunale #165 : U Prugramma Riportu ritrattu da Crystal Pictures di a manifestazione è di u cuncertu di Gruppu L'arcusgi Nazione Cunfarenza di stampa in Aiacciu La commission des finances en Corse Jean-Guy Talamoni : Interview U Ribombu Internaziunale L'affissi di a vergogna : Les méthodes demeurent Sulidarità/Patriotti Serata per a Ghjurnata internaziunale di i prighjuneri pulitichi in Lupinu : 13 d'aprile 2024 Internaziunale Sardegna : Simone Maulu, intervista Catalunya : Carles Puigdemont i Casamajó, candidat aux élections municipales Suceta Salon de l'agriculture 2024 : au coeur du village corse (par Alexandra Bischof)

#165 : L’avvene sì tù

La situation actuelle semble être marquée par une profonde confusion, dont on peut suspecter qu’elle soit savamment entretenue par des forces qui n’ont aucun intérêt à ce que la Corse se libère de la dépendance qui, chaque jour un peu plus, la tire vers l’abîme. Ce que l’on peut appeler le parti français, dans l’acception la plus large du terme, a perdu ses bases structurelles habituelles, et les partis politiques, qualifiés - de manière erronée - de « traditionnels », ne suffisent plus à endiguer l’essor d’une revendication nationale contre laquelle les armes de la répression, du mensonge et de la colonisation de peuplement sont réactivées en permanence, sur fond de pseudo discussions cadenassées, érigées en « processus historique ». Le parti français, donc, « parti de l’étranger » pour tout patriote corse qui se respecte, se redéploie sous d’autres formes, allant d’une des franges de l’ « autonomisme » dont le but reste d’ancrer définitivement la Corse dans le cadre de la République française jusqu’au régionalisme zémourien d’extrême droite se satisfaisant d’une « suzeraineté française » plaçant les Corses dans la position d’un « sous-peuple » voué à la mise sous tutelle. En n’oubliant pas les schémas importés d’une gauche bien française qui nient notre réalité nationale. Même si certaines de ces démarches s’en réclament, par pur souci politicien et électoraliste, il ne s’agit clairement pas ici de nationalisme corse. Mais bien de convergences qui lui sont directement opposées. Toutes les forces vives attachées à faire accomplir à la Corse son destin national l’ont bien compris. Au premier rang desquelles une jeunesse vilipendée, décriée, et régulièrement insultée par ceux qui, reprenant les arguments de la CFR de triste mémoire, la disent manipulée. Et la livrent aux chiens, en même temps que tous ceux qui se battent vraiment pour ce pays, en se félicitant des diverses tentatives de marginalisation qui les visent. Jusqu’à condamner tout geste de révolte légitime ou de résistance nationale, le décrivant comme une « violence politique » illégitime. En oubliant, au passage, la véritable violence que subit un peuple ravalé de manière infamante au rang de « communauté » dans son propre pays, un peuple qui, en terme de répression politique, a connu à peu près tout, jusqu’à l’assassinat. Mais cette jeunesse, fer de lance de la nation, qui n’attend d’ordres de personne, et qui a démontré sa maturité autant que sa détermination, est l’espoir de tout un peuple. Dans tous ses efforts pour étudier, travailler, lutter, elle sait bien qu’elle peut compter sur l’indéfectible soutien des forces authentiquement patriotiques. Lascia li dì o giuventù. Più ch’è mai l’avvene sì tù.

Petru Antone Tomasi : Nazione, ripressione, beauvau

U RIBOMBU : Le 28 janvier dernier, Nazione était portée sur les fonts baptismaux par plusieurs centaines de militants, en quoi la création d’un nouveau mouvement politique est-elle apparue comme indispensable ? Ces derniers mois, une volonté partagée s’est exprimée afin de doter le courant indépendantiste d’un nouvel instrument de lutte, adapté aux défis que connaît actuellement notre pays. Aussi, en des termes différents mais convergents, Corsica Libera, le collectif d’anciens prisonniers Patriotti ainsi que le FLNC ont appelé à la création d’un regroupement large des militants de la Lutte de Libération Nationale partageant à la fois un constat critique de la situation politique de la Corse, des objectifs communs mais aussi une détermination sans faille afin d’oeuvrer pour une solution politique réelle au bénéfice du peuple corse et de ses droits. C’est ainsi qu’est née Nazione : un mouvement politique qui intègre la réalité militante qu’a été Corsica Libera durant près de quinze années mais qui va bien au-delà ainsi qu’en témoigne la composition de ses instances. Deux jours plus tard, sur ordre du Parquet national antiterroriste (PNAT), deux militants de Nazione étaient interpellés, transférés à Paris et - provisoirement - incarcérés, quel lien établissez-vous entre ces deux événements ? Un lien évident ! Ces interpellations arbitraires et outrancières (portes défoncées à l’explosif, père de famille jeté au sol devant sa famille, jeux d’enfants intentionnellement détruits…) sont une réponse de l’appareil d’Etat au succès de l’Assemblée générale constitutive de Nazione. Elles sont l’oeuvre d’une police politique aux ordres d’une justice politique qui vise à réprimer l’expression d’un mouvement public, Nazione, qui se situe dans une opposition résolue à la politique d’assimilation à marche forcée qui est aujourd’hui menée par l’Etat français et, malheureusement, avalisée par nombre de forces politiques dont certaines se revendiquent de l’idée nationale. Ces manoeuvres de déstabilisation sont cependant sans effet sur le déploiement de l’action de Nazione qui a d’ailleurs poursuivi sa structuration, la diffusion de son message politique et qui prépare l’intensification de sa présence sur le terrain. Pour en terminer sur le sujet de ces opérations répressives qui ont visé Nicolas Pinzuti et Antò Simoni, leur sortie de prison après respectivement quelques jours et trois semaines de détention confirme le caractère indigent des dossiers d’instruction et le caractère purement politique de leurs interpellations. Cependant, à l’heure où nous parlons ils sont certes hors des murs des prisons françaises mais ne sont toujours pas libres puisqu’assignés à résidence en France. Afin qu’ils retrouvent leur terre (à l’instar de Charles Pieri qui se trouve toujours dans une situation similaire depuis plus d’un an), la manifestation du 2 mars prochain organisée à l’initiative de Sulidarità et de Patriotti se doit d’être un succès populaire. Désormais, quelle est la feuille de route de Nazione ? Il s’agira de mettre en oeuvre les orientations débattues et massivement adoptées par les militants à l’occasion du vote de notre motion d’orientation générale : mise en place d’un cycle de mobilisation de terrain et de consolidation de la logique de contre-pouvoirs, poursuite de la stratégie d’internationalisation de la question nationale corse notamment à travers les contacts noués avec le Mouvement des Non-Alignés, présentation d’une offre de solution politique alternative à la farce des discussions de Beauvau, actualisation d’un projet indépendantiste robuste afin de répondre aux attentes quotidiennes des Corses et de préparer l’avènement de la République corse. En synthèse, l’action de Nazione a pour objectif de garantir l’accomplissement d’un destin national corse. Cette perspective nous apparaît salutaire à l’heure où les responsables autonomistes, à rebours du serment passé devant les Corses, structurent exclusivement leur action par le « dur désir de durer » à la tête des institutions corses. Cette formule du poète Éluard était convoquée par un ami indépendantiste catalan, il y a quelques temps, afin de qualifier le dévoiement de certains responsables du mouvement national en Catalogne. Elle me semble totalement transposable à la situation corse… À l’heure où le Ribombu est mis sous presse, une « déclaration solennelle » vient d’être signée [23.02.2024] par de nombreux élus de la Corse dans le cadre des discussions de Beauvau. Est-ce l’esquisse d’un « processus à vocation historique » ? Dès mars 2022 et la signature du Protocole Darmanin-Simeoni indiquant les « lignes rouges » imposées par l’Etat français et avalisées par les responsables du Cours Grandval, il n’y avait plus ni « processus historique », ni « solution politique » au conflit dans le cadre des discussions de Beauvau. La « déclaration solennelle » à laquelle vous faites référence ne change rien de fondamental à la donne politique et au constat établi par Nazione. Pour notre part, nous avons toujours jugé sur pièce l’évolution de ces discussions quant à une éventuelle évolution du statut de la Corse. Nous ne dérogeons pas à cette ligne et émettrons un avis définitif une fois que nous serons en possession d’un projet finalisé. Cependant, à ce stade, nous constatons que cette « déclaration solennelle » traduit un nouveau recul quant à la position défendue par la majorité territoriale et ses alliés. Le texte se situe déjà deux niveaux en-deçà de la délibération du 5 juillet que Josepha Giacometti-Piredda n’avait pas approuvée au titre du courant désormais incarné par Nazione, et ce avant même le début effectif des discussions avec Paris sur la rédaction d’un texte constitutionnel. De façon tangible, ladite déclaration se conforme explicitement aux « lignes rouges » ou « principes intangibles de la République française » fixées par le gouvernement français en renonçant à trois principes fondamentaux de la lutte nationale, au moins : pas de peuple corse et de reconnaissance de ses droits nationaux mais une simple « communauté » peuplant « l’île de Corse » ; pas de co-officialité de notre langue mais l’acceptation d’un « service public de la langue » ; pas de citoyenneté corse conférant au peuple corse le « droit d’avoir des droits » - selon l’expression d’Hannah Arendt - spécifiques sur sa propre terre. Or, ces renoncements n’ont pas seulement une portée symbolique, donc politique, ils ont également une conséquence pratique puisqu’ils neutralisent la capacité future du peuple corse à adopter des mesures efficaces face aux menaces auxquelles il doit faire face. Quant aux autres questions - « autonomie fiscale », « statut de résidence », « pouvoir normatif de nature législative » - la rédaction du document laisse la place à toutes les interprétations, y compris les plus restrictives. C’est la raison pour laquelle, Josepha Giacometti-Piredda, fidèle à sa ligne de conduite n’a pas pris part à la signature de ce document. C’est la raison pour laquelle Nazione continuera à porter dans le débat publique une parole libre et cohérente conforme à la recherche d’une solution politique et d’une paix réelles au bénéfice du seul ayant-droit légitime sur la terre de corse : le peuple corse.

Hè quì : #164 di Ferraghju 2024

https://uribombu.corsica/produit/n164-ferraghju-2024/ Attualità - Cartula sculari : " u Statu metti in periculu i cundizioni d’amparera di i ziteddi " - Intervista Petru Antone Tomasi Nazione - Urientazione generale/strutturazione - Un'andatura per a nazione : i 15 punti - U Ribombu : Rivolta paisana FLNC " L’autonomie évoquée ne sera absolument pas en mesure de préserver le peuple corse " U Ribombu Gérald Darmanin : " il est temps de conclure " (corse-matin 16.02.2024) Internaziunale Victoire historique du sinn fein : Michelle O’Neill est élue « First Minister » Storia U 5 ferraghju di u 1807 : Si n’hè andatu à l’eternu U Babbu di a Nazione

Cap’Articulu #164 : Nazione.

Après le succès de l’Assemblée Générale constitutive du 2 février dernier, où près de 700 militants ont porté sur ses fonts baptismaux le mouvement Nazione, la réponse de l’Etat français et de sa police politique ne s’est pas fait attendre. Au delà d’un élan de solidarité nationale qui, aussi important soit-il, est tout naturel, cette fois les exactions des soudards d’un « Etat de droit », qui consacre en fait les droits d’un Etat étranger à faire tout et n’importe quoi dans notre pays, ne sont pas passées inaperçues dans le reste du monde; notamment, dans des pays qui, régulièrement, reçoivent de la France des leçons concernant les « droits de l’Homme », pourtant régulièrement bafoués dans les dernières colonies de cet empire décadent et liberticide. Les messages de soutien, comme ceux exhortant l’Etat français à rectifier son attitude ont été nombreux et l’intérêt porté à la cause nationale corse va grandissant, justifiant pleinement la démarche de notre élue à l’Assemblée de Corse, Josepha Giacometti, qui, dès le 31 janvier dernier, déposait une motion intitulée : « Demande d‘inscription de la Corse sur la liste des territoires non autonomes à décoloniser ». Examinée en Commission permanente le même jour, cette dernière a été renvoyée en commission des compétences législatives et réglementaires et en conférence des présidents. Les Corses ont tout intérêt à rester attentifs au devenir de cette motion qui pose la problématique actuelle dans les bons termes, et au niveau où elle doit l’être: le niveau international. À qui, au XXIe siècle, pourrait-on imposer, sans le faire légitimement réagir, d’être traité comme s’il n’était pas un être humain à part entière? Dès lors, quel peuple de la planète, aujourd’hui, accepterait d’être traité comme s’il n’en était pas un ? Quel degré d’indignité exige-t-on des Corses pour oser les soumettre à cette « ligne rouge »? Ceux qui, ici comme à Paris, continuent de nier ce fait colonial, refusant ainsi de reconnaître les droits nationaux d’un peuple multiséculaire, désarment ce dernier devant les agressions multiformes qu’il subit en permanence et qui, progressivement, mais de plus en plus rapidement, le ravalent au rang d’une communauté minoritaire, dépossédée, dans un pays qui n’est d’ores et déjà plus tout à fait le sien. De plus en plus nombreux, les Corses qui ont fait le constat de cette situation inacceptable et de la tartuferie d’un pseudo processus destiné à nous détourner définitivement de notre dessein national se sont réunis au sein d’une plateforme patriotique, d’un mouvement qui saura allier souplesse et efficacité pour créer les conditions d’une solution politique véritable. Son nom est aussi clair et facile que la respiration d’un peuple libre et pleinement souverain sur sa terre, il évoque tout à la fois ce que nous sommes depuis toujours dans notre réalité sociologique, culturelle, historique, en un mot humaine, et ce à quoi nous aspirons et qui nous permet de nous projeter dans l’avenir: Nazione.

“Di muri è d’avvene” Puesia da Lisà

U ferraghju maladettu Hè vultatu à malannu È di l’omu predilettu A sorte manda luntanu Ver’di l’orizonte tetru i stu statu scimittanu Si sà chì via battuta Hè di strapazzu foltru Ma ogni vita crisciuta Di sintimu patriottu Hè di fede inchjuccuta D’estru forte è mai toltu Puru a s’anu pruvata Di cusì brutta manera D’un capu una ghjimbata D’avant’à forza strangera Ma ùn ci hè porta schjattata Per smatt’a ghjente sincera Un chjassu oghje sguaiatu È st’anima chì ci manca Di stu tempu tribbulatu Cirnea si face stanca È brama à lu serratu A stagione chì spalanca Ora sò foschi i to muri È si ne trica veranu Soca quì simu sicuri È più prestu veneranu L’Orli d’i tempi futuri Chì di Libertà seranu Lisà

#163 hè esciutu !

https://uribombu.corsica/produit/n163-dicembre-2023-ghjennaghju-2024/ Chjama Patriotta - Assemblea Generale u 28 di Ghjennaghju in Corti - Interview de Ghjuvan'Filippu Antolini Cap’articulu : Pè un destinu corsu è un avvene di libertà U Ribombu - Un (nouveau) rapport pour rien - A francisata basta ! Internaziunale Corsica Libera au siège de l‘onu : Conférence anticoloniale à genève Allocution de Ghjuvan'marcu Rodriguez et Jean-Guy Talamoni Cultura Piombu 1976 – « Rughji Neri » : l’exposition de l’artiste militant ---Pour les abonnés, choisissez simplement "ajouter au panier" puis confirmer votre commande dans votre panier. Vous pourrez directement le télécharger.  www.uribombu.corsica
Back to Top
Product has been added to your cart