Bobby Sands in patifame per i prighjuneri pulitichi

“ Ils n’ont rien dans tout leur arsenal impérial qui puisse briser l’esprit d’un seul Irlandais qui ne veut pas être brisé » Bobby Sands Le 1er mars 1981, à la prison forteresse de Maze à Belfast, Bobby Sands refuse de se nourrir. Il commence la grève de la faim dans laquelle il sera rejoint par neuf autres prisonniers républicains. Elle durera 66 jours jusqu’à sa mort le 5 mai 1981 à l’âge de 27 ans. Les neuf autres militants le suivront dans la mort jusqu’au 20/08/1984 ; malgré les nombreuses manifestations mondiales. Le plus jeune d’entre eux avait 23 ans, le plus âgé 30 ans. Le 9 mars 1981, il est élu député de la Chambre des Communes face à un candidat protestant unioniste. Il succède au député républicain Frank Moguire qui vient de décéder. ce qui donne lieu à une élection anticipée. Il sera élu avec 51 % des voix. Par cette élection, ses partisans pensaient qu’il y aurait plus d’opportunités pour faire valoir leurs revendications, à savoir la reconnaissance du statut politique comprenant entre autres le droit de porter des vêtements civils, refusé par le gouvernement de Margaret Tatcher.. Dans la foulée, le gouvernement britannique change la loi électorale pour empêcher l’élection d’autres prisonniers de l’Ira. Il est interdit aux prisonniers condamnés à plus d’un an de prison de se présenter aux élections. Lors d’une visite de sa famille il avait fait promettre à ses parents de ne pas le nourrir afin de lui éviter la mort, s’il tombait dans le coma. Extrait d’une lettre de Bobby Sands à ses parents Février 1981 « Je ne serai pas seul. Il y a d’autres camarades avec moi. L’heure est venue de nous lever et de faire preuve de courage. Je sais que cela va être dur pour vous et le reste de la famille mais je vous demande d’être avec moi jusqu’au bout. Mourir en sachant que vous n’êtes pas d’accord avec mes choix est la seule chose qui me fasse vraiment peur Je viens de passer mon neuvième Noël consécutif en prison. A cause de la prison j’ai perdu beaucoup. Je ne vois plus ma femme et mon fils. Mais si je pouvais revenir en arrière, je recommencerais à me battre. Je ne suis ni fou ni sauvage. Je suis raisonnable. Je ne fais que perpétuer les combats des générations passées. » D.T

BONA FESTA DI A NAZIONE !

« Cette volonté de placer la Nation Corse sous la protection de la Vierge Marie montre l’importance de la religion dans notre héritage culturel. » Les origines En 1729 La Corse est sous la domination gênoise. La révolution s’amorce dans la région du Boziu. Les combats font rage et la rébellion s’étend rapidement à toute la Corse. La révolution paysanne débutée en 1729 contre la pression fiscale de Gênes au départ, allait conduire à la naissance d’une conscience nationale qui débouchera sur l’Indépendance. En décembre 1730, la rébellion s’organise. et lors de la Consulte de St Pancraze, la Corse élit ses généraux : Luiggi Giafferi, Andrea Ceccaldi, l’abbé Raffaelli. (Hyacinthe Paoli, père de Pasquale les rejoint début 1730) En 1735, à la Consulta d’Orezza les chefs de la rébellion corse insurgés contre Gênes, déclarent unitéralement l’Indépendance de l’île, donnent naissance à la Nation Corse, la dotent d’une constitution et la placent sous la protection de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie. Ils justifient leur révolution en se fondant sur la pensée de St Thomas d‘Aquin avec la volonté d’être un peuple voulant vivre libre. Ils adoptent le Dio Vi Salvi Régina, chant religieux dédié à la Vierge Marie comme hymne national, et un drapeau : une vierge sur un fond blanc immaculé. Le jour de la fête nationale sera donc celui de l’Immaculée Conception, le 8 décembre. Plus tard la vierge sera remplacée par a « Testa Mora » venue d’Aragon et de Sardaigne. Testa Mora sur fond blanc pour rappeler l’Immaculée Conception de la Vierge Marie protectrice de la Nation Corse. « U Babbu di a Patria » Pasquale Paoli en fera l’emblème officiel de la Nation Corse Indépendante. Cette volonté de placer la Nation Corse sous la protection de la Vierge Marie montre l’importance de la religion dans notre héritage culturel. Gênes fait appel à ses alliés, la France et l’Autriche pour reconquérir la Corse. Ses manœuvres militaires se terminent le 30 janvier 1735 avec l’adoption d’un règlement établissant la séparation définitive de lé Corse avec Gênes. Ce document servira de base à la future constitution Corse. L’île est proclamée indépendante. Dans l’article premier de son texte institutionnel la Consulte énonce ainsi :« Au nom de la très Sainte Trinité, le Père, le Fils et le Saint Esprit, de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, sous la protection de la Sainte Mère Avocate, nous élisons pour la protection de notre patrie et de tout le royaume, l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, et de plus nous décidons que toutes les armes et les drapeaux de notre dit royaume soient empreints de l’image de l’Immaculée Conception, que la veille et le jour de sa fête soient célébrés dans tout le royaume avec la plus parfaite dévotion et les démonstrations les plus grandes, les salves de mousquetons et canons, qui seront ordonnées par le Conseil Suprême du royaume . ------------------------------------------------------------- IMMACULATA CUNCEZZIONE da l'ADECEC A celebrazione di l‘Immaculata Cuncezzione di Maria Vergine, antichissima in Oriente, hè stata istituita in Occidente à u settesimu seculu. U dogmu di l‘Immaculata Cuncezzione ùn hè micca statu accettatu senza dificultà. San Bernardu, à u seculu XII, San Bonaventura è San Tumasgiu d‘Aquinu à u seculu XIII, ùn ne vulianu sente parlà. I primi à insegnallu sò stati un Inglese è un Irlandese è, soprattuttu, à u seculu XIV, u franciscanu scuzzese Duns Scot. In Francia, a Sorbona hà accettatu u dogmu è Bossuet l‘hà ghjustificatu, allora chì i discepuli di San Tumasgiu cuntinuvavanu à predicà chì Maria avia peccatu. Parechji papa anu avutu à intervene per falli stà zitti. Ci hè vulsutu à aspettà u seculu XIX per chì u dogmu di l‘Immaculata Cuncezzione sia impostu da Piu Nonu (1846-1878). L‘8 dicembre 1854, publicava a so bolla “Ineffabilis“ chì dicia : “Subitu cuncepita, per grazia è privilegiu di u Diu omniputente, a beata Vergine Maria hè stata preservata da u peccatu uriginale ». Quattru anni dopu, in Lourdes, a Madonna apparia à Bernardette Soubirous, dicenduli: “Je suis l‘Immaculée Conception“. In Corsica usava u nome Cuncetta, datu in l‘onore di a Madonna cum‘è Nunzia, Natività è Assunta. Festa di a Nazione Ramintemu chì, à a cunsulta di Corti di u 31 ghjennaghju 1735, i Corsi, in rivolta contru à Genuva, avianu sceltu l‘8 dicembre cum‘è festa naziunale. Un preambulu à una specia di Custituzione dicia : “Eleghjimu l‘Immaculata Cuncezzione di a Vergine Maria, pè a prutezzione di a Patria è di tuttu u Regnu di Corsica. A so imagine deve esse stampata nantu à tutti i scudi è tutte e bandere. A vigilia è u ghjornu di a so festa, seranu celebrati in tuttu u Regnu cù a massima devuzione è dimustrazioni di gioia à rombu di moschetteria è cannone“. Da sapè dinù L’8 di dicembre 1789… in Londra, Pasquale Paoli ampara, leghjendu i giurnali chì, 9 ghjorni nanzu, l’Assemblea di Parigi hà fattu di a Corsica una pruvincia francese cum’è l’altre, è hà permessu u ritornu di l’esiliati. Impenna subitu, è scrive à Gentili di ringrazià tutti quelli chì anu pigliatu è difesu issa decisione generosa. Li dumanda di fà una visita à Mirabeau è à Volney. Aghjunghje : « A nazione corsa pruverà a so ricunniscenza mandendu una delegazione in Parigi. Per ciò chì cuncerna à mè, è à tutti quelli chì tenenu à mè, dite à l’Assemblea chì ùn feremu nunda chì a possi cuntrarià. Quandu a Patria hà ottenutu a libertà, ùn li resta più nunda à desiderà». Pasquale Paoli, issu ghjornu, ùn pensa micca ch’ellu volterà in Corsica. Trè ghjorni dopu, scrive à u Presidente di l’Assemblea Naziunale : « C’est avec les transports d’une joie bien vive que j’ai appris ce que l’Assemblée Nationale a fait pour ma patrie. En admettant la Corse parmi les provinces de la France, elle a trouvé le moyen le plus infaillible d’attacher les habitants de cette île au gouvernement français. En faisant rentrer dans leur pays mes compatriotes expatriés, elle attache à la Constitution un nombre considérable d’individus qui la défendront jusqu’à la dernière goutte de leur sang ». L’Assemblea di tandu era a Custituente, a prima Assemblea dopu a famosa rivuluzione di l’89, quella chì hà datu cum’è regula à a nazione francese « Liberté, Egalité, Fraternité ». E relazioni trà a Corsica è a Francia s’imbrutteranu torna cù a terza Assemblea : a Cunvenzione.

LIBRU : Bataille de Ponte Novu da Jean-Guy Talamoni

💣🔥✊[PONTENOVU - 8 / 05 / 1769] À l'uccazione di l'ottu di maghju, U Ribombu vi prupone di leghje u libru fattu in u 2011 cù a cunfarenza fattu da Jean-Guy Talamoni.   A pena di lettura in stu ghjornu di cummemorazione : https://www.calameo.com/books/006259250d2e9fdc77489 https://www.calameo.com/books/006259250d2e9fdc77489

5 di Maghju di u 1992 : In Memoria di Furiani

Quellu chì pruminava in Bastia in u 1992, à mezzu à u so veranu, senza sapè ciò chì s'era passatu u 5 di maghju scorsu, si pudia crede in tempu di guerra : feriti, zoppi, persone in dolu, sguardi persi, donne mute per i carughji, è bocche chjose inde e scole... Mà chì u sangue corsu ùn sia statu virsatu per nunda ! E vittime di u drama anu dà permette di mantene u duvere di a memoria cù parechje vie. Per esempiu, ch'ellu sia ghjucatu un match trà u sporting è l'OM un certu 5 di maghju, in Bravone, per u 20imu anniversariu in 2012. Era vissutu cume una eccezzione, chì duvia impedisce u ghjocaballò in quellu ghjornu, per u sempre, cume per dinuncià u "foot fric"... Andatura di un cullettivu di e vittime chì vene di perturì una legge. Una stele fù arritta per l'uccazione dà l'artistu Alexis Janin, cù una magnifica rundinella immarmerita, simbolu di u ricordu chì volta in quellu staggione, è chì si ricoglie in a mascara anucchjata di a so donnuccia, bellissima santa... Da vede è da scopre à dui passi di a strada T10, à u stadiu Santa Grimaldi, in Bravone, cumuna di Linguizzetta.

Pasquale Paoli, ritrattu d‘un omu di quarant‘anni

U 5 aprile 1765, era u quarantesimu anniversariu di a nascita di Pasquale Paoli, capugenerale di a nazione corsa dapoi quasi dece anni. Pruvemu à fà, secondu certe testimunianze, u ritrattu di issu omu di quaranta anni. Ottu ghjorni dopu issu 5 aprile, Marbeuf u scontra tramezu à Bastia è San Fiurenzu. Scrive à Choiseul : “Le général Paoli est un homme assez intéressant pour que vous soyez peut-être bien aise de savoir ce qui le concerne. Il est grand et assez gros, blond il a un fort beau teint et une figure fort riante. Il est étonnant qu‘un homme dans sa position ait l‘air aussi frais, et aussi peu occupé…“. Quandu, à u mese di uttobre di u 1766, James Boswell ghjunghje in Suddacarò cù una lettera di ricumandazione di Jean-Jacques Rousseau, Paoli hà quaranta anni è sei mesi. U giovanu inglese, chì ellu hà vinticinque anni, trova un omu grande, forte, ben fattu, vistutu di verde è d‘oru. Nanzu, Paoli avia l‘abitutine di vestesi à a corsa, ma dapoi ch‘elli eranu ghjunti i Francesi per aiutà i Genuvesi, pensava chì una certa eleganza pudia fà impressione. Boswell restò abbacciacatu davanti à u capiguvernu di un paisichjulu cum‘è a Corsica. Hè vera chì a nomina avia francatu i mari. Boccheciampe avia fattu entre l‘Inglese in a sala di travagliu di Paoli, è l‘avia lasciati soli. Boswell si trova dipunta à un omu maestosu, energicu, impunente, chì u feghja cù un sguardu acutu, un sguardu chì li ghjunghje à l‘osse. Subitu hè intimuritu, è po, pianu pianu, si ripiglia. U generale li parlava senza famigliarità ma cù naturale. Paoli era un omu assennatu, francu, agradevule. Era sempre à boccarisa senza permettesi di scaccanà. Boswell passò una settimana in Suddacarò, è fù maravigliatu. Più di una volta si truvò solu à parlà cù Paoli. U generale era sempre in muvimentu. Sì ellu ùn era troppu stancu, ùn pusava. Passava è venia, tranquillu, cù una andatura marziale, è parlava di tuttu… in inglese, in francese, o in talianu. Avia assai memoria. Ritenia nomi è casate, cunnuscia i caratteri di e persone, e parentie, è citava autori latini. A so cultura era immensa. U so spiritu era adurnatu d una mansa di cunnuscenze. A so cunversazione era, attempu, istruttiva è divertente. Boswell conta ancu ch‘ellu avia u donu di prevede, svegliulu è durmendu, fatti à vene. L‘omu era calmu, è sapia cumandà. Avia una pruntezza di mente superiore. Un ghjornu ch‘elli li avianu purtatu un traditore, Boswell l‘hà vistu fighjalu cù un ochjacciu, ghjustu una piccula stonda, è po rivene tranquillu, placidu. L‘hà ancu vistu a mane à bon‘ora quandu ellu facia a so pulizia è ch‘ellu si vestia. Ancu tandu avia un cumpurtamentu degnu. A‘ tavula, u pastu era bundante ma semplice. Arricurdemuci ch‘ellu si facia serve patate per incuragginne a cultura à una epica chì in Francia ùn e cunnuscianu ancu. Un‘ li piacianu e pietanze cumplicate è mai beia vini ghjunti da fora. Quandu Boswell si ne andò, per ellu Pasquale Paoli era un omu strasurdinariu, un eroe. U 13 ghjugnu 1769, trentacinque ghjorni dopu a disfatta di Pontenovu, l‘eroe si imbarcava in Portivechju per l‘esiliu. Avia quarantaquattru anni. Trè mesi dopu era in Inghilterra duve ellu hè statu più di vinti anni. Passò per Livornu, Firenze, Bologna, Mantova, Verona, Vienna, Monacu di Baviera, Francuforte, l‘Aia, Utrecht è Amsterdam. Dapertuttu era fistighjatu cum‘è u campione di a Libertà. Era accoltu da i duca è da i rè. In Mantova, duve ellu si hè fermatu una decina di ghjorni, hè statu ricevutu da l‘imperatore austriacciu, Ghjiseppu Secondu. Custì ci era Padre Saveriu Bettinelli, un ghjesuitu di una quarantina di anni, digià celebre cum‘è prufessore, scrittore, puetu, criticu litterariu. Currispundia cù Voltaire è cunniscia a lingua francese quant‘è a taliana. In una lettera à “Madame de l‘Hôpital“, Bettinelli dice : “Après plusieurs conversations que j‘ai eu avec cet homme célèbre, et peu connu hors de la Corse, il me paraît digne d‘être peint pour l‘honneur de l‘humanité, et de notre siècle, qui n‘est pas riche et peut avoir besoin d‘exemples. Je l‘ai considéré en bien et en mal, mais je n‘ai vu que le beau côté. S‘il en a un mauvais, il le cache bien. Il est d‘une taille avantageuse, bien faite, et dans les proportions d‘un corps robuste : le visage beau, tous les traits réguliers, blond tirant au roux, les yeux vifs et pleins de douceur, et encore plus de feu, quoique bleus lorsqu‘il s‘anime en parlant.“ Chì Pasquale Paoli era grande è rubustu, a ci avia digià detta Boswell. D‘altronde, avemu d‘ellu qualchì ritrattu di issa epica. Per esempiu, quandu ellu passò in Amsterdam, ci era una pittrice francese, Sophie Caron. Fece un ritrattu chì ghjè statu incisu nantu à ramu da Hubraken, stampatu è distribuitu à chì ne vulia. Contanu chì, quandu Sophie Caron fece u ritrattu, dumandò à Paoli chì vestura andava a megliu. E‘ Paoli averebbi rispostu : “Per esse in u veru, ci vurebbi à riprisentami in camisgia… chì a Francia mi hà spugliatu“. In Amsterdam ci era dinù un abate francese, Gabriel- François Coyer, chì hà vistu à Paoli è hà scrittu : “Paoli n‘a ni la taille, ni l‘air héroïque : il n‘a même pas l‘air italien. Sans être grand, il a les épaules assez larges, le teint fort blanc, des cheveux blonds, une physionomie douce et modeste“. Qualchì ghjornu nanzu, à Francuforte, Paoli avia scontru un giuvanottu, incunnusciutu tandu, ma chì serà prestu celebre in u mondu interu : Johann Wolfgang von Goethe. Goethe hà dettu chì Paoli era un bellu omu, smirzu, biondu, graziosu, affabile. Isse parulle sò state scritte una cinquantina di anni dopu in un libru autobiograficu intitulatu “Puesia è Verità“, è bisogna à mette da cantu quella chì face di Paoli un omu “smirzu“. Ciò chì hè sicuru, hè chì Paoli avia u fisicu di un omu di u nordu. U litteratore inglese Oraziu Walpole hà scrittu: “era accantu à ellu dapoi qualchì minutu è u pigliava per un ufficiale inglese, o almenu scuzzese“. Tandu, semu sempre in 69. Quattru anni dopu, u filosofu è puetu inglese James Beattie, scrive : “Paoli hà un carnatu chjaru è culuritu. Hà l‘ochji neri acuti. Misura, credu, cinque pedi è nove pollici (ciò chì ferebbi un metru è ottantacinque, allora chì l‘abate Expilly, geografu francese venutu in Corsica, dice “5 pieds, 5 pouces“, dunque un metru è settantasei). Hè rubustu ma micca sgalabatu. E so manere sò semplice è degne. U so sguardu, u so parlà, sò quelli di un superiore, ma ùn hè nè severu nè fieru. A‘ u cuntrariu, hè assai curtese. Un surisu schjarisce a so faccia senza mai cambiassi in risa. I so tratti sò regulari è piacenti.“ Per Beattie, Paoli hè ochjineru, allora chì Bettinelli hà dettu “bleus lorsqu‘il s‘anime en parlant“. Vistu u so fisicu di biondu si pò pensà à ochji naturalmente verdi turchini ma chì cambianu di culore secondu l‘ambiente. Bettinelli dà dinù una precisione pè u culore di i capelli. Dice : “blonds, tirant sur le roux“. L‘Alemani, l‘Inglesi, l‘anu vistu biondu è basta, ma hè nurmale chì un Talianu sia più attenti à un culore chì ùn hè micca cumunu in u so paese. In Corsica, capibiondi è capirossi ci ne hè quantunque parechji. Un‘ sò sì d‘altra ghjente hà parlatu di issu culore di i capelli di paoli, ma Guerrazzi chì si hè ducumentatu per scrive u so rumanzu “Pasquale Paoli ossia la rotta di Pontenuovo“ parla di capelli “di colore fulvo“, vene à dì russicciu. Cuntinuvemu a lettera di Padre Bettinelli à “Madame de l‘Hôpital“ : “Sa figure intéressante et son port majestueux arrêtent les regards de tout le monde. On le croirait un homme de 40 ans et il en a 44 accomplis. Son tempérament est donc bien fort, après tant de peines et de travaux. Toute saison lui est égale, tout aliment indifférent. Il est sobre en tout, et les plaisirs de l‘âme semblent les seuls qu‘il aime. Quoique très poli avec les dames, et n‘ignorant pas cet air de galanterie qu‘elles exigent des hommes aimables, on voit qu‘il n‘est pas de la profession et qu‘il ne s‘en occupe que par politesse (Paoli avia dettu à Boswell chì mai si mariterebbi, ch‘ellu ùn avia e virtù cunghjugale. O allora ch‘ellu si mariterebbi cù una donna ricca immensa chì metterebbi a so furtuna à u serviziu di a patria) ; je l‘ai vu avec elles, et c‘était un homme du monde ; je l‘ai vu avec les enfants de ces dames, et il descendait naturellement jusqu‘à eux. Il est tout ce qu‘il doit être et il l‘est sans efforts. L‘éloquence lui est naturelle ; les occasions de parler en public ne sont plus ; mais ses discours les plus indifférents font conjecturer ce qu‘il était à la tête de la nation.“ “Une voix claire et agréable, le geste vif et plein d‘action, tous ses mouvements font sentir la force de l‘âme, et les grâces de la personne. L‘Anglais, le Français, le Latin lui sont familiers, mais il préfère l‘Italien, sa langue naturelle, qu‘il parle très bien - Per l‘inglese, Boswell conta chì Paoli l‘avia amparatu in Napuli cù Irlandesi, ma quandu ellu l‘hà vistu in Suddacarò, facianu dece anni ch‘ellu ùn u parlava più, è circava e so parulle -. La noblesse et la simplicité caractérisent son style ; toujours modeste et réservé dans ses discours, on y sent un air de vérité qui ne laisse même pas douter de l‘exactitude, et de la sincérité de ses narrations et de ses sentiments. La conversation ne languit jamais en sa compagnie, toujours égal même avec des personnes frivoles ou indiscrètes, qui justifieraient quelque impatience dans un homme de ce caractère, puisque nous ne pouvions la dissimuler. En bonne compagnie de gens raisonnables et discrets, c‘est un plaisir de le voir s‘épancher en liberté. C‘est alors qu‘on admire les qualités de l‘âme et du cœur qui en font un homme unique. Toute la solidité du Législateur, du Philosophe et du Guerrier, toutes les connaissances du Savant et de l‘homme de lettres, avec toutes les manières et les grâces de l‘homme de Cour, la facilité, la bonté, la familiarité de l‘homme de Société, composent cet homme qui fait honneur à l‘homme. Sa mémoire est prodigieuse ; l‘histoire, la poésie, les anciens, les modernes, tous les grands maîtres, et les meilleurs ouvrages fournissent à sa conversation et embellissent ses discours sans la plus petite teinture de vanité ou de pédantisme dans ses citations. Il m‘a dit que la lecture a toujours été sa passion après ses devoirs. Tacite et Virgile semblent ses favoris, et on prétend qu‘il les sait par cœur, ce qu‘il n‘a pas voulu m‘avouer. Les connaissances de l‘antiquité ne l‘ont pas occupé au point de négliger l‘étude de l‘Homme et du Siècle. Le cœur humain, et les affaires de l‘Europe ne peuvent être plus connus par aucun philosophe ou politique, et nous nous sommes accordés à le mettre sur ces matières par préférence, pour notre profit, autant que pour notre plaisir, parce qu‘il y avait dans la compagnie de jeunes seigneurs fort instruits. On ne se lasserait jamais de l‘entendre parler de Lois, de Gouvernements, de Ministères et de Ministres, puisqu‘il a été en commerce avec les principaux de presque toutes les puissances, et il en connaît le fort et le faible, le mérite et les défauts par leurs lettres, leurs traités, leurs artifices enfin. C‘est pour cela que ses papiers sont un objet très intéressant pour lui. De là les passions, et le jeu de nos penchants et de nos intérêts particuliers lui sont mieux connus ; on ne croit pas être avec un soldat. L‘homme de Cabinet, le plus tranquille moraliste ne sauraient développer plus profondément les secrets du cœur et les mystères de l‘amour-propre. Ce qui surprend encore c‘est la manière de traiter ces matières abstraites. Il les embellit du coloris de l‘imagination, des grâces et de la légèreté d‘un badinage piquant. Les bons mots ne lui manquent pas, et il a de temps en temps de ces traits d‘esprit rapides et lumineux qui ouvrent en peu de mots une scène entière. Il hésite quelquefois ; on veut lui suggérer la parole par une mauvaise habitude, et il a déjà trouvé la meilleure…“ Quante lode, da a parte di Boswell, Bettinelli, è d‘altri… ghjente chì ùn avianu nisuna raggiò persunale o pulitica per tenelu caru o per disprezzallu. Allora, Pasquale Paoli ùn averà avutu chè qualità ? Forse chì qualchì difettu ancu ellu l‘averà avutu ma, in casu mai, cum‘ellu hà dettu Bettinelli, i sapia piattà, cum‘elli i piattanu tutti i capiguverni di gran valore.
Back to Top
Product has been added to your cart