Irlande : le Brexit accélère la séparation avec l‘Angleterre

Depuis le Brexit la majorité que la frange loyaliste détenait toujours en Irlande du Nord est en train de disparaitre, et avec elle le principal fondement de l’accord de paix d’avril 1998 : l’assurance que l’Irlande du Nord resterait britannique tant que les habitants le souhaiteraient en majorité… et ils sont de moins en moins nombreux… La crise a vraiment débuté en juin avec les funérailles de Bobby Storey : Allié proche et à vie de l’ancien président du Sinn Féin, Gerry Adams, l’homme du nord de Belfast était considéré comme le chef du renseignement de l’IRA. Il a passé plus de 20 ans en prison, en commençant par un internement sans procès à l’âge de 17 ans, un an après avoir rejoint l’IRA en 1972. Il est impliqué dans la très spectaculaire évasion de la prison de Maze en 1983, lorsque 38 prisonniers républicains s’en sont évadés. Lorsqu’il a été libéré de prison en 1994, M. Storey était considéré comme une personne clé dans le processus de paix et l’accord du vendredi saint du 10 avril 1998. Des sources de sécurité l’ont lié à plusieurs incidents majeurs, dont le vol de 26 millions de livres sterling de la Northern Bank en 2004. Plus récemment, il avait été président nord du Sinn Féin. Les patriotes irlandais lui ont rendus un émouvant hommage : Le cercueil drapé d’un drapeau irlandais, précédé d’un joueur de cornemuse et suivi par tous les élus du Sinn Fein dont Gerry Adams et Michelle O’neill, la vice premier ministre républicaine d’Irlande du Nord, a longuement serpenté dans les rues de la ville encadré par des centaines d’anciens combattants de l’IRA formant une haie d’honneur jusqu’à sa dernière demeure ; une occasion d’exprimer leur gratitude, de renouveler leur engagement et le passage du flambeau, en démontrant leur volonté à poursuivre la cause de l’unification irlandaise, tout en permettant aux personnes en deuil de pleurer et de rendre hommage. Ceci, pour les loyalistes, a été considéré comme une provocation et une démonstration de force intolérable, ce qui a déclenché une vague de violence sans précèdent de la part de ces anti républicains. D’autant que le ministère public a décidé de ne poursuivre personne en relation avec les funérailles : cette tolérance policière a été vécue par les unionistes comme la preuve supplémentaire que l’Angleterre était sur le point de se désengager d’Irlande ! De fait, le Brexit a entrainé la création d’une frontière douanière maritime entre l’Irlande, les six comtés nordistes compris, et l’Angleterre : un acte de trahison intolérable pour les unionistes ! Cette frontière naturelle, toujours niée par les partisans de l’Angleterre, s’est donc imposée logiquement grâce à l’Europe et à la volonté de la seule Angleterre de s’en détacher… Il est d’ailleurs surprenant, que par une facétie de l’histoire, cette Europe fondée sur les principes du capitalisme triomphant et de l’hégémonie des banques toutes puissantes soit la cause de la désintégration progressive de ce pays, d’autant que l’Ecosse répond en écho à cette volonté séparatiste. Ainsi le pays dont chacun s’accorde à dire qu’il a été avec Adam Smith, à la fin du XVIIIe siècle, le berceau du capitalisme pourrait imploser à cause des dégâts collatéraux d’une économie qui se veut de plus en plus libérale. A quelques semaines du centenaire de la création de l’Irlande du Nord, que l’on commémore en mai, la mémoire de la guerre civile n’aura jamais été plus présente dans les esprits britanniques qu’en ce moment, la Grande Bretagne apparaissant de moins en moins « grande »… et son Royaume … de moins en moins uni… L’Azzezu

Catalogne : Grande victoire aux élections des indépendantistes

Da Jordi Mirò u nostru currispudente è presidente di l‘Estat Català Le 14 février, ont eu lieu des élections au Parlement de Catalogne, une élection déclenchée au milieu de la pandémie de Covid et contre la volonté du gouvernement de Catalogne pour le danger qu’elles représentaient pour les citoyens. Il faut se rappeler que ce processus électoral a été atteint, bien que la législature n’ait pas été épuisée, car la justice espagnole avait disqualifié le président de la Generalitat, Quim Torra, pour avoir accroché une banderole sur le balcon du Palau de la Generalitat demandant la «Liberté des prisonniers politiques et des exilés». Un fait sans précédent dans tout État démocratique et une attaque frontale contre la liberté d’expression et la souveraineté du Parlement de Catalogne, car qui a le pouvoir d’élire ou de révoquer le Président de la Generalitat, c’est le Parlement. La Catalogne est en état de siège judiciaire depuis le 1er octobre 2017, depuis la menace de disqualification et d’emprisonnement des députés et du président du Parlement; avec des milliers de personnes inculpées pour leur implication dans les événements du 1er octobre ou plus tard. Nous ne devons pas oublier les longues peines infligées aux membres du gouvernement catalan, ni la persécution judiciaire en cours des membres du gouvernement en exil, dirigée par le président Carles Puigdemont, actuellement membre du Parlement Européen. Le gouvernement espagnol a forcé ces élections avec l’intention de former un gouvernement unioniste en Catalogne. C’est pourquoi il a ignoré les indications médicales, et le refus du gouvernement catalan, qui a proposé de tenir les élections en mai. Profitant du fait que le ministre de la Santé du gouvernement central était catalan, ils ont tenté de profiter de l’effet médiatique du ministre en tant que tête de liste au Parlement de Catalogne pour le Parti Socialiste. En raison de la pandémie, ces élections ont été marquées par un taux de participation très faible, avec un peu plus de 53%, l’un des plus bas de l’histoire. Ce faible taux de participation a nui aux grandes formations et a profité aux petites, avec un électorat plus fidèle. Au sein du bloc indépendantiste, il y a eu des résultats très proches entre ERC et Junts, donc il y avait une égalité technique. Lors des dernières élections, Junts était la force dirigeante du bloc indépendantiste et du deuxième ERC. Cette fois, c’est l’inverse: l’ERC a obtenu 33 députés et 32 Junts. Il est à noter que Junts a eu une scission: le secteur autonome de droite, héritier de l’ex-Convergència de Jordi Pujol, a quitté le parti en raison du virage pro-indépendance et progressiste de Junts sous la direction du président Carles Puigdemont, et il s’est présenté aux élections avec l’acronyme PDeCAT. Ils n’ont pas obtenu de représentation parlementaire, mais leurs 77 000 voix ont fait que Junts n’est pas resté, lors de ces élections, la force dirigeante du Parlement de Catalogne. Quoi qu’il en soit, Junts, bien qu’étant la deuxième force des députés et des votes, a été la première force électorale au niveau des communes et des régions de toute la Catalogne. Les anticapitalistes du CUP ont bénéficié du faible taux de participation et ont obtenu 9 députés; de très bons résultats qui les rapprochent aux 10 députés qu’ils ont déjà obtenus aux élections de 2015. Le faible taux de participation a également profité, au sein du camp unioniste, à l’extrême droite espagnole qui est entrée au Parlement de Catalogne pour la première fois. Le parti fasciste, Vox, a obtenu 11 députés et devient la quatrième force. Poursuivant dans le camp unioniste, Ciutadans (parti du centre anti-catalan), qui avait été le plus voté aux élections de 2017, a perdu la majorité de ses députés (il ne lui reste plus que 6 députés, sur les 36 qu’il avait), qui passent aux «socialistes» du PSC (la branche du PSOE en Catalogne), qui a obtenu 34 députés, ou à l’extrême droite de Vox. Les ex-communistes, En Comú Podem, restent avec les mêmes résultats: 8 députés. Ils sont définis comme équidistants; ils sont favorables à un référendum sur l’autodétermination, mais sont opposés à l’indépendance; à Madrid, ils gouvernent avec le PSOE; ils sont favorables à des portes ouvertes à l’immigration, mais à la mairie de Barcelone, ils ont pu gouverner grâce au soutien de Manuel Valls. Le PP, parti classique de droite, héritier direct du régime franquiste, deuxième parti d’Espagne, s’est retrouvé sans presque aucune représentation parlementaire: ses anciens électeurs ont préféré les fascistes de Vox et l’ont laissé avec 3 députés. Malgré tous les éléments qui s’y opposent, le mouvement indépendantiste a montré une santé de fer. Encore une fois, et c’est déjà la troisième fois : en 2015 et en 2017, malgré l’état d’exception que représentait l’article 155, ce 14 février 2021 le mouvement indépendantiste dans son ensemble a remporté les élections au Parlement de Catalogne. Ces élections du 14 Février supposaient un nouveau plébiscite pour le mouvement indépendantiste. Le résultat est clair : nous avons obtenu une majorité parlementaire des formations favorables à l’indépendance de la Catalogne et, pour la première fois, nous avons franchi le seuil de 50% des électeurs en faveur du fait que la Catalogne soie un État indépendant. Cela montre que l’indépendantisme ne souffre pas de l’épuisement, que n’est pas une proposition conjoncturelle et que la volonté d’indépendance reste plus forte que jamais. La communauté internationale doit prendre acte de la volonté de la majorité du peuple catalan et doit trouver les mécanismes pour résoudre le conflit. Le message des urnes a été clair: l’indépendantisme est le vainqueur des élections; il nous faut maintenant un gouvernement d’unité entre les forces indépendantistes pour faire avancer le pays, sortir de la grave crise économique et sanitaire et avancer de manière décisive, dans cette législature, vers l’indépendance de la Catalogne. 

Marzu #135 : hè esciutu !

U Ribombu Internaziunale #135 di Marzu 2021 ! U numaru hè esciutu : Paradisu o Isula mullizzu, l'ora di a scelta ! - Corsica Libera : "Quand vous déciderez-vous enfin à ne plus revenir?“ - Internaziunale : Grande victoire aux élections des indépendantistes en Catalogne et en Kanaky - Adecec Voce Nustrale : Santu Ghjiseppu - Allindì è u filmettu per a Madonuccia - Antoine Marielli è u so dizziunàriu https://uribombu.corsica/produit/n135-marzu-du-2021/ Pour les abonnés, choisissez simplement "ajouter au panier" puis confirmer votre commande dans votre panier. Vous pourrez directement le télécharger. www.uribombu.corsica

Kurde : L’impossible équation

Les Kurdes ? Un peuple, une langue, une histoire, un territoire. Tous les éléments constitutifs d’une nation sont sur la table. Mais le Kurdistan est une nation sans État. Ce n’est pas original. Des nations sans État, le monde en compte un certain nombre qui toutes, plus ou moins, avec des fortunes diverses, luttent pour leur indépendance. En Europe, la Catalogne, la Corse, l’Euskadi sont les exemples les plus connus pour avoir chacune un mouvement national actif, organisé et majoritaire. Mais c’est le cas des Kurdes, me direz-vous. Oui, et les Kurdes ont des forces armées, les peshmergas d’Irak et les combattants du PKK turc essentiellement, qui ont amplement contribué  à l’éradication de l’État Islamique dans la région, en Syrie et dans le Nord de l’Irak. Alors, où est le problème ? Pourquoi lorsqu’il est abordé, essayistes et analystes parlent de L’impossible État kurde, ou de La Malédiction kurde ? Parce qu’indépendamment des ses atouts, la revendication kurde est plombée par une situation géopolitique insoluble et une indifférence générale - lorsque ce n’est pas une hostilité - des grandes puissances. Le Moyen Orient est une zone d’instabilité permanente depuis des siècles et le pétrole n’a fait qu’aggraver la situation. Entre les guerres tribales, les prises de pouvoir éphémères, l’instabilité continuelle et les interventions extérieures dès que les ressources pétrolières ou les intérêts stratégiques sont menacés, nous avons tous les ingrédients pour favoriser un état de conflit - déclaré ou larvé - permanent. Il est évident qu’entre les querelles des uns et des autres, arbitrées par les intérêts des grande puissances - la Russie, les États-Unis et la Chine, puissance émergente dans cette partie du monde - le problème national kurde n’intéresse personne et le statu-quo convient à tout le monde. Le Statu-quo justement, c’est le deuxième handicap majeur du peuple kurde. La nation kurde s’étend sur quatre États-Nations incontournables dans la région : la Turquie, l’Iran, la Syrie et l’Irak. Et cela ne date pas d’hier, c’est une situation qui remonte à l’Antiquité. Pas sur sa forme actuelle, bien sûr, les frontières et les empires ne revêtaient pas les mêmes organisations qu’à notre époque. Mais déjà, à l’origine, les Kurdes sont disséminés entre la Perse, l’Anatolie, l’Empire parthe et le royaume d’Arménie. Des indépendances éphémères Avec la chute de l’Empire ottoman qui englobait le Kurdistan, après la première guerre mondiale, les Kurdes obtiennent un État par le traité de Sèvres en 1920, le premier État kurde indépendant, le Kurdistan. Mais les termes du traité ne seront jamais appliqués ! Les Turcs de Mustapha Kemal Atatürk auront tôt fait d’anéantir les espoirs d’un État kurde indépendant. Il y aura peu de temps après un Royaume du Kurdistan proclamé en Irak et balayé en 1924 par l’armée britannique qui occupait l’Irak à l’époque. Et une république kurde, la République d’Ararat, proclamée par les kurdes de Turquie en 1927 et écrasée trois ans plus tard par l’aviation du même Atatürk. Et il en sera de même de la République de Mahabad proclamée par les Kurdes d’Iran en 1946 et anéantie par les armées iraniennes un an plus tard. Retour à la case départ : le peuple kurde réparti sur quatre États frontaliers, la Turquie, l’Iran, la Syrie et l’Irak. Mais la révolte est toujours là. En Turquie, le PPK, Parti des Travailleurs kurdes, fondé en 1978 par Abdullah Öcalan est en lutte armée contre le pouvoir turc, même après l’arrestation et l’emprisonnement d’Öcalan. En Irak, à la faveur des deux guerres du Golfe - 1991 et 2003 - les Kurdes d’Irak et leurs peshmergas, les combattants kurdes de Massoud Barzani, obtiennent l’autonomie du Kurdistan irakien. Mais malgré l’écrasante majorité du oui à l’indépendance lors du référendum de 2017 (92%), le redéploiement de l’armée irakienne dans la région et les querelles internes des mouvances nationalistes kurdes, réduisent à néant les espoirs d’un État Kurde indépendant. Une situation inextricable Ils sont pourtant entre 35 et 40 millions, les Kurdes, répartis entre quatre États-Nations : 12 à 15 millions en Turquie ; 6 à 7 millions en Iran ;  5 millions en Irak ; 3 millions en Syrie. À ceux-là s’ajoute une importante diaspora disséminée à travers l’Europe (l’Allemagne à elle seule en compte 1 million), les pays voisins du Moyen Orient ( Arménie, Azerbahijan, Turkestan, Géorgie, principalement), l’Amérique du Nord. Un peuple de 35 millions d’individus peut apparaître comme une force. En fait, dans le cas des Kurdes c’est un handicap supplémentaire. Oui : En Turquie, ils représentent 24% de la population du pays ; en Irak 21% ; en Iran 18%. Quel pays accepterait de se voir amputé d’un quart ou d’un cinquième de sa population ? Avec les conséquences économiques, diplomatiques, politiques que cela impliquerait ? D’autant - autre handicap - que les Kurdes sont musulmans, comme leurs colonisateurs. Et même si l’Islam kurde (80% de sunnites, 20% de chiites) n’est pas l’Islam de l’Arabie Saoudite, des Frères musulmans ou de l’Iran. Les femmes kurdes, notamment , participent souvent sur un pied d’égalité avec les hommes à la vie politique et militaire des forces kurdes et chacun a en mémoire le rôle des redoutées combattantes kurdes contre Daesh. Mais ils ont la même origine cultuelle que les États qui les occupent et qui les intègrent. Pour le monde occidental, qui n’a pas beaucoup le sens des nuances, ils appartiennent au même groupe ethno-religieux. Et - conséquence supplémentaire de son importance numérique - le nationalisme Kurde n’est pas homogène, il s’en faut. Entre le PKK  d’Öcalan d’inspiration marxiste, le PDK parti démocratique de Barzani, l’UPK, parti laïque et anti-féodal (!) créé par Jalal Talabani, le HÜDA PAR d’inspiration plus ou moins islamiste, le HDP, parti turc de gauche défendant les intérêts kurdes,  pour ne citer que les plus connus et la kirielle de partis et de mouvances réparties sur quatre pays, on est loin de l’entente cordiale. On serait même souvent à couteaux tirés… Sans parler des querelles tribales, ça et là. Le bout du tunnel ? On le voit avec cet aperçu rapide d’une situation pour le moins difficile, on imagine mal le bout du tunnel pour un peuple qui semble voué à une lutte sans fin pour une indépendance illusoire. D’autant que le Moyen Orient est une aire de jeu et d’intérêts pour les grandes puissances, Russie, Étas-Unis, Chine, avec un État d’Israël prêt à intervenir pour préserver ses intérêts et ses annexions territoriales parfaitement illégitimes. Alors, les Kurdes… La Russie de Poutine a son prè carré en Syrie qu’elle tient à préserver pour des raisons stratégiques évidentes. Il ne va pas faire de peine à Bachar El Assad. Exit les Kurdes de Syrie. Les États-Unis et leur allié israélien surveillent de près l’Iran, prêts à intervenir au moindre prétexte. Les Kurdes d’Iran, ce n’est pas leur problème. L’Allemagne compte pas loin de 3 millions de turcs (d’origine ou immigrés légaux) sur son sol. Elle est par ailleurs une alliée traditionnelle de la Turquie. Elle ne va pas faire de misère à Erdogan. Et si l’Europe avait des velléités d’élever la voix, le président turc ouvre ses frontières à 3 millions d’immigrés qui se précipiteront en Europe qui ne sait déjà pas gérer les siens. Les Kurdes de Turquie ? C’est pour les protestations de principe de quelques droit-de-l’hommistes. Reste l’Irak. C’est le seul pays où les Kurdes qui constituent le Nord du pays ont une large autonomie, avec un gouvernement, le GRK, reconnue par la Constitution irakienne de 2005, suite à la défaite de l’Irak après la deuxième guerre du Golfe. Les États-Unis, qui avaient pu compter sur les peshmergas de Barzani comme alliés pour lutter contre l’armée de Saddam Hussein, en sont à l’origine. Et il faut dire que les Kurdes d’Irak menaient une lutte acharnée depuis des décennies contre le colonisateur irakien. Mais comme nous l’avons vu, le oui à l’indépendance de 2017 a vu l’armée irakienne revenir s’installer dans la région. Et les États-Unis qui ont de gros intérêts pétroliers en Irak - et incidemment dans le Kurdistan irakien - ne vont surtout pas intervenir. Les Kurdes d’Irak attendront. Seul un effondrement de l’État irakien permettrait au Kurdistan irakien d’accéder à l’indépendance. Mais là encore, il semble improbable que la Turquie laisse faire sans intervenir. L’insoluble équation kurde ? J’espère me tromper. J’espère que ceux qui parlent de la Malédiction kurde, de l’Impossible État kurde se trompent. Mais le passé et le présent du peuple kurde n’incitent pas à un optimisme démesuré… Yves Bourdiec
Back to Top
Product has been added to your cart