Affaire Alessandri, Colonna, Ferrandi : Délibérer, et après ?

« Mettre en œuvre tout ce dont la Corse dispose de moyens de lutte, depuis la désobéissance civile et institutionnelle jusqu’à la mobilisation populaire. » L’Assemblée de Corse a une nouvelle fois délibéré au sujet du sort fait aux orses condamnés dans l’affaire Erignac. Elle l’a fait de façon solennelle, en présence des anciens présidents de l’Assemblée de Corse. Dès l’instant où l’on était sollicité pour soutenir une nouvelle démarche visant à obtenir justice, l’hésitation n’était pas de mise. Pour tout Corse, apporter son soutien à des compatriotes en butte à un inqualifiable acharnement est une chose naturelle. Toutefois, cette nouvelle délibération nous a-t-elle permis d’avancer ? Si elle n’était pas enfin le signal d’une mobilisation constitutive d’un vrai rapport de force, il serait malheureusement permis d’en douter. Pourquoi, en effet, les dirigeants français seraient-ils plus sensibles à cette expression du fait démocratique qu’il ne l’ont été par le passé ? D’autant que s’agissant de la levée du statut de « détenu particulièrement signalé », des assurances nous avaient été données lors des entretiens que nous avions eus, le président du Conseil exécutif et moi-même, avec le président de la République française, puis avec le garde des sceaux. Des engagements honteusement reniés, ce qui n’est malheureusement pas rare, en la matière comme en d’autres. La question des prisonniers n’est évidemment pas indépendante du problème politique général. Elle en est même le cœur symbolique. La vérité, c’est que les dirigeants parisiens méprisent les élus insulaires et qu’ils ne le cachent même plus désormais. La présidente de l’Assemblée de Corse, Madame Maupertuis, en faisait d’ailleurs, lucidement, le triste constat : « La façon dont on traite la représentation démocratique en Corse est très singulière et ne laisse pas présager un échange fructueux » (Corse-Matin du 29 octobre). Le même jour, même s’il fut moins explicite, le président du Conseil exécutif ne cachait pas sa déception suite à ses déplacements à Paris. Face à ce mépris ouvertement affiché, que faire ? Y répondre par de nouvelles délibérations et de nouveaux voyages à Canossa reviendrait à accepter l’abaissement des institutions corses, et donc de la Corse. La seule attitude qui nous semble digne et conforme aux nécessités de l’heure serait de relever le défi qui nous est lancé et de mettre en œuvre tout ce dont la Corse dispose de moyens de lutte, depuis la désobéissance civile et institutionnelle jusqu’à la mobilisation populaire. Si la majorité autonomiste actuellement aux responsabilités décidait d’opter pour une telle attitude, elle ne bénéficierait peut-être pas d’une nouvelle unanimité à l’Assemblée de Corse. Elle aurait en revanche, à n’en pas douter, le soutien de l’ensemble du mouvement national. Il lui faut à présent choisir entre le consensus émollient et la fermeté, entre l’humiliation et la dignité. Jean-Guy Talamoni

“Question de légitimité” da Jean-Guy Talamoni

L’intervention du FLNC dans le débat public, par deux fois ces dernières semaines, a été largement commentée. Sur un plan purement pratique, dans la lourde affaire d’urbanisme de Capu di Fenu, force est de constater que l’action des clandestins a eu pour effet de sortir de leur torpeur les autorités administratives et judiciaires françaises. Celles-ci, se souvenant brusquement qu’elles ont théoriquement la charge de faire appliquer leurs règles de droit, ont annoncé qu’elles allaient se préoccuper de la question. Même si on peut le regretter, on constate que les délibérations unanimes de l’Assemblée de Corse n’ont jamais eu un tel effet. « En même temps », comme dirait quelqu’un, on ne manque pas d’activer les habituels moyens répressifs à travers l’ouverture d’une enquête par le parquet dit « antiterroriste ». De façon plus générale, l’analyse publiée par les clandestins n’a pas donné lieu à polémique, étant difficilement contestable s’agissant du fond politique. Nous ne nous livrerons pas ici à une exégèse des deux communiqués et encore moins à un commentaire sur la reprise des activités militaires, laquelle relève de l’appréciation du seul FLNC. Se trouvant en première ligne, ses militants ont certainement davantage besoin de solidarité que de conseils. En revanche, nous évoquerons la question de la légitimité. Dans une situation normale, dans un pays où le fait démocratique est respecté et où les droits nationaux sont librement exercés par le peuple, le suffrage universel constitue évidemment la source principale de légitimité. Le contexte historique corse est tout autre : depuis des dizaines d’années, les quelques avancées concédées par Paris ne l’ont été que sous l’effet du rapport de force établi par la lutte clandestine. « Depuis des dizaines d’années, les quelques avancées concédées par Paris ne l’ont été que sous l’effet du rapport de force établi par la lutte clandestine.» En effet, les quelques tentatives électorales des autonomistes dans les années 1970 s’étaient traduites par des échecs retentissants, et souvent humiliants du fait de la puissance et de l’arrogance des élus d’alors. Ces derniers réalisaient régulièrement des résultats écrasants, amplifiés du reste par la fraude. Seule la lutte la plus ferme a permis de changer les choses : Si le Riacquistu des années 70 avait été désarmé, il aurait été considéré par Paris comme l’ultime soubresaut folklorique d’une identité condamnée. C’est cette lutte de quatre décennies qui a permis au peuple corse de demeurer une réalité vivante et aux nationalistes, dans leur diversité, de voir leur audience s’accroître y compris sur le terrain électoral. Sauf à être de la plus parfaite mauvaise foi, chacun ne peut que reconnaître que sans le combat clandestin il n’aurait pas même été question d’un statut particulier. À ceux qui ont la mémoire courte, il suffit de relire les comptes rendus des débats parlementaires de 1982 pour s’en souvenir. Aussi, il ne serait pas honnête – intellectuellement et politiquement – de considérer que les élus actuels ne tiennent leur mandat que de la dernière élection. Sans la décision du FLNC en date de juin 2014, il n’y aurait pas eu l’union qui permit la victoire de décembre 2015, ainsi que les résultats électoraux enregistrés depuis. Mais si l’on remonte plus loin, on est bien obligé d’admettre que sans l’action du FLNC, il n’y aurait aujourd’hui ni Assemblée de Corse ni Conseil exécutif. La légitimité électorale actuelle est née d’une situation créée par d’autres moyens que les élections. C’est ce que le FLNC a rappelé en s’invitant dans le débat : dans un pays comme le nôtre qui a connu des dizaines d’années de luttes et de sacrifices, il existe une autre forme de légitimité, une légitimité première, celle dont il est le détenteur. Jean-Guy Talamoni « La légitimité électorale actuelle est née d’une situation créée par d’autres moyens que les élections. C’est ce que le FLNC a rappelé en s’invitant dans le débat : dans un pays comme le nôtre qui a connu des dizaines d’années de luttes et de sacrifices, il existe une autre forme de légitimité, une légitimité première, celle dont il est le détenteur. »

LIBRU : Bataille de Ponte Novu da Jean-Guy Talamoni

💣🔥✊[PONTENOVU - 8 / 05 / 1769] À l'uccazione di l'ottu di maghju, U Ribombu vi prupone di leghje u libru fattu in u 2011 cù a cunfarenza fattu da Jean-Guy Talamoni.   A pena di lettura in stu ghjornu di cummemorazione : https://www.calameo.com/books/006259250d2e9fdc77489 https://www.calameo.com/books/006259250d2e9fdc77489

[Livre] Jean-Guy Talamoni – Le sens d’un engagement (Frédéric BERTOCCHINI)

Préface : De l'engagement des années difficiles au monde universitaire et à la présidence actuelle de l'Assemblea di Corsica, l'ami Jean-Guy Talamoni n'a jamais cessé d'être, selon ses propres mots dans le livre, un militant nationaliste ou, pourrions-nous dire, un « partisan national ». Il poursuit une trajectoire politique cohérente, construite dès le plus jeune âge à travers une démarche revendicative et culturelle fondée sur la manière d'être et de s'exprimer de son peuple. L'engagement identitaire est devenu politique dès les premières participations aux rencontres patriotiques des années 70, organisées pour débattre de l'avenir national de l'île. De là est née l'admiration pour des personnages historiques de la politique nationale corse comme Edmond Simeoni. Ce n'est pas la première fois que Jean-Guy Talamoni nous offre une perspective sur la réalité politique et culturelle corse sous la forme d'un livre. Cet ouvrage que vous avez entre les mains est le portrait politique et humain d'un homme d'État pour lequel j'ai un profond respect politique et auquel je dois une reconnaissance pour la solidarité et l'intérêt qu'il a toujours témoigné au processus démocratique en Catalogne. La Corse a été la première nation européenne à reconnaître la volonté de la majorité du Parlement de Catalogne pour que la Catalogne devienne un État sous forme de république et l'Assemblée de Corse a été l'un des parlements européens condamnant clairement la répression espagnole contre le mouvement indépendantiste catalan. Deux gestes que je n'oublierai jamais. En fait, les parallèles entre le désir de liberté de la Catalogne et de la Corse sont évidents. Ils sont présents dans un livre où Jean-Guy Talamoni donne les clés pour expliquer les bases fondamentales des processus d'autodétermination existant en Europe, 8 basés sur des principes éthiques et démocratiques stricts, et par lesquels il estime indispensable que passe la souveraineté corse. Il explique que les défenseurs de l'autonomie de la Corse qui ont évolué vers des positions clairement indépendantistes ne feront plus le chemin du retour, situation qui rappelle celle de la Catalogne. Cette détermination est la conséquence, en grande partie, de l'aveuglement politique de la France et de l'Espagne, deux États réticents à comprendre que la Corse et la Catalogne sont deux nations, et qui continuent à les traiter comme de simples entités administratives qu'il convient de surveiller étroitement. Une grave erreur qui confirme la volonté des gouvernements de Paris et de Madrid de se perpétuer en tant qu'États centralistes, une idée obsolète qui ne correspond pas à l'Europe du XXIe siècle. Comme c'était le cas en Catalogne il y a à peine dix ans, l'auteur admet que l'idée d'indépendance a encore une connotation de radicalisme pour de nombreux citoyens corses, mais que tôt ou tard elle apparaîtra comme un chemin « parfaitement raisonnable ». En Catalogne, l'indépendantisme était aussi soutenu par une minorité jusqu'à ce qu'il soit justifié par des arguments politiques, sociaux, économiques, culturels, moraux et démocratiques. Il n'a depuis été combattu par les unionistes qu'à travers l'utilisation de l'insulte, de la menace et enfin de la répression. Quelle grave erreur. Car en Catalogne comme en Corse, le but véritable de la répression contre la revendication politique est de dissuader les générations futures de continuer à réclamer l'indépendance. Mais contrairement à cet objectif, les cycles électoraux de ces dernières années, en Catalogne et en Corse, nous montrent que toujours davantage de citoyens sont convaincus que la prospérité individuelle et collective implique de changer d'État. Et plus encore si cet État refuse de négocier. Il n'y a pas de compromis politique possible lorsque l'une des parties ne s'engage même pas à respecter les standards universellement reconnus dans le domaine des Droits de l'Homme. La relation fraternelle entre la Corse et la Catalogne s'explique également par le fait que les deux pays ont des prisonniers politiques, un problème qui apparaît dans le livre. Jean-Guy Talamoni explique qu'il a très vite pris conscience que la lutte pour la liberté serait longue et douloureuse, qu'elle serait un chemin parsemé d'obstacles et, malheureusement, non exempt de violence, avec une longue liste de responsables politiques et militants corses emprisonnés. « Nous n'avons été ni naïfs ni romantiques », raconte-t-il, rappelant les années les plus dures. Il admet que dans ces moments-là, sans la lutte armée, le peuple corse, en tant que communauté, avec sa langue, sa culture et sa manière de participer au monde, aurait disparu. Ce sont des mots troublants pour ceux qui, de l'autre côté de la Méditerranée, aspirent à la liberté sans morts et sans violence. Heureusement aujourd'hui, l'indépendantisme corse, ayant renoncé aux armes depuis 2014, constitue un projet social et politique radicalement pacifique, en partie grâce aux parcours d'hommes politiques comme Jean-Guy, homme de grand consensus, partisan de l'unité politique des souverainistes et qui a réussi à convaincre une bonne partie de la population de la nécessité de défendre la langue et la culture, afin d'être et de s'exprimer en tant que pays libre ouvert sur le reste de l'Europe. La solidarité fraternelle entre le peuple catalan et le peuple corse ne peut être comprise indépendamment d'une confiance commune en la construction d'un avenir de liberté et de paix dans notre Europe méditerranéenne. Nous sommes deux pays politiquement engagés à bâtir un nouvel ordre mondial plus juste et plus pacifique, plus interdépendant et plus ouvert au dialogue. Le Président Talamoni partage la nécessité du dialogue et de la négociation en tant que vecteurs nécessaires pour atteindre les plus hauts niveaux de prospérité, de confiance et de sécurité. La résolution de tout conflit politique ne se fait que par des solutions politiques. La dureté avec laquelle les divers gouvernements français ont historiquement traité les revendications nationales corses a été la même que celle utilisée par l'Espagne pour s'opposer au référendum que nous, Catalans, avons organisé le 1er octobre 2017. L'existence de prisonniers politiques et d'exilés catalans nous confirme la disparition de tous les ressorts de la démocratie en Espagne, qui semblaient plus consolidés que la réalité ne l'a montré. Pour avoir installé des urnes et des bulletins de vote, nous avons été condamnés à des sanctions pénales comparables à celles qu'aurait entraîné un soulèvement armé, avec de lourdes peines de prison en l'absence de manifestation ou d'action violentes commises par les accusés. Les tribunaux belges, allemands, écossais et européens le savent, et je suis sûr que les pouvoirs politiques et judiciaires espagnols le savent aussi, mais ils préfèrent promouvoir le mensonge et institutionnaliser la honte face à l'unité patriotique de l'Espagne. La violence ne sert à rien. Nous sommes au XXIe siècle et le droit à l'autodétermination ne devrait pas être la conséquence d'un conflit violent. En fait, l'Histoire nous enseigne qu'un nombre très important des conflits armés qui ont eu lieu depuis 10 la Seconde Guerre mondiale ont pour origine le non-respect du droit à l'autodétermination. Le Président Talamoni et moi-même avons parlé à plusieurs reprises de l'indécence qu'il y a à remplacer la politique par le Code pénal et à céder la place aux juges et à la police, au lieu de la laisser aux gouvernements et aux parlements, car ce comportement signifie la fin de la démocratie. Avec le Président Talamoni, nous partageons une idée de l'Europe comprise comme une alliance des peuples et des nations. Interrogé dans le livre sur la possibilité qu'une Corse indépendante soit exclue de l'Union, il rappelle le cas de la Catalogne, au moment où l'unionisme a fait pression sur les électeurs au moyen de la menace de voir l'Europe nous exclure. Quelqu'un peut-il imaginer l'Union Européenne sans la Corse ou sans la Catalogne ? Impensable, conclut Talamoni. La menace pour l'Europe n'est pas l'expansion ou la cohabitation de nouvelles unités territoriales, mais la montée en puissance de mouvements populistes d'exclusion contraires aux principes fondateurs de l'Union elle-même. Le manque de leadership au sein de l'Union européenne a conduit le projet européen à une stagnation profonde qui l'éloigne de ses valeurs fondatrices — paix, démocratie, progrès économique et solidarité — et alimente l'euroscepticisme. En Europe et dans le monde, les relations entre les pays doivent être fondées sur le respect mutuel, la somme de la diversité et la défense des minorités, auxquelles il faut donner le pouvoir politique de décider de leur propre avenir et de définir leurs propres stratégies. Ce n'est qu'ainsi que nous serons plus forts pour faire face aux problèmes mondiaux qui nous interpellent tous. La résolution des conflits politiques apporte stabilité et prospérité, ce qui signifie liberté et démocratie. Le livre parle du passé, du présent, mais aussi des temps à venir, dans lesquels le Président Talamoni exprime le désir d'une pleine liberté pour la Corse lorsque la majorité des citoyens le décidera. Telle est la grandeur des mouvements démocratiques dans nos pays, des processus qui vont de bas en haut et qui dépendent uniquement et exclusivement du peuple. La responsabilité de ceux qui sont à la tête des institutions politiques est d'accompagner et de rendre possible ce que veulent les citoyens. C'est cela la démocratie, en Corse, en Catalogne et partout sur la planète. Carles Puigdemont i Casamajó 130e Président de la Generalitat de Catalunya (Traduction du catalan par Conxita Bosch) Per cumprà lu : https://editionsclementine.com/produit/jean-guy-talamoni-le-sens-dun-engagement/?fbclid=IwAR0i_kQ7aEAhvn0fiqLdz8HL6PrHNBwETD2-YkLLErEwqctI2ebWGhQfzLA

“Indépendantiste” da Jean-Guy Talamoni

En ces temps politiques, confus à maints égards, les choses les plus simples méritent d’être précisées. Ainsi, ces derniers mois, l’interpellation suivante m’a-t-elle souvent été adressée : « Que signifie, aujourd’hui, être indépendantiste corse ? » L’idée d’autonomie ayant conquis une large partie de la droite et de la gauche insulaires – sans pour autant, du reste, provoquer la moindre évolution de la position parisienne -, elle est devenue une sorte d’évidence théorique, peu destinée cependant, du moins à court terme, à être mise en pratique… L’indépendance paraît être une option plus audacieuse. Mais au fond, devant l’incapacité de l’Etat jacobin à se réformer, ne constitue-t-elle pas désormais la voie la plus praticable ? Laissons pour l’heure cette question ouverte. Ce n’est pas précisément la problématique que je traiterai dans les lignes qui suivent, mais celle de la justification historique et politique de la position indépendantiste corse… “Si je suis indépendantiste et non autonomiste ou régionaliste, c’est parce que j’ai la conviction que notre souveraineté est inaliénable et qu’elle n’a pu être confisquée par aucun autre pays.“ La Corse est – cela me semble évident depuis mon enfance – un pays à part entière, une nation de droit naturel, avec son territoire aux limites peu discutables, sa langue, sa culture, son imaginaire. S’agissant de ce dernier, quatre cents ans de domination de la Sérénissime n’ont pas atténué l’opposition entre les mentalités corse et génoise. Les publications polémiques opposant les responsables des deux camps durant la Révolution du XVIIIe siècle le montrent parfaitement : par-delà la haine et la mauvaise foi inhérentes à ce genre de situations, on constate une profonde incompréhension réciproque, une confrontation entre deux systèmes de valeurs. Les Génois se moquaient de la pauvreté des Corses. Les Corses méprisaient l’esprit de lucre des Génois et leurs maigres qualités guerrières… Bien entendu, de part et d’autre, ces appréciations n’avaient rien d’objectif : il s’agissait uniquement de représentations, mais l’on sait que les représentations finissent souvent par s’imposer dans le monde réel. Quant aux deux cent cinquante ans de présence française, l’acculturation à l’œuvre n’a pas permis d’effacer une spécificité corse souvent vue, du reste, de façon très négative de l’autre côté de la mer. La rémanence de cette personnalité nationale fait que notre droit à l’indépendance demeure parfaitement d’actualité. Ce droit a été défendu par les armes, et ce jusqu’en ce début de XXIe siècle. Il continue à l’être, aujourd’hui, par différents moyens. Car la perte de notre souveraineté est exclusivement due à l’annexion française par le fer et le feu. C’est une situation de fait et non de droit. Elle nous a été imposée. Si je suis indépendantiste, c’est parce que je ne considère pas cette situation de fait comme irréversible. C’est parce que je n’accepte pas que la Corse ait pu être amputée de sa souveraineté, donc de son droit à choisir ses interdépendances. Je n’accepte pas que l’on nous ait interdit, de fait, toute relation culturelle ou économique avec le monde italique. Je n’accepte pas que notre rapport au sud de la Méditerranée ait été réduit à une participation à « l’aventure » coloniale française. Les Marocains, Algériens, Tunisiens, avaient vécu la même agression que nous, avec un décalage de quelques décennies. Par quel revirement de l’histoire pouvions-nous être du côté de l’agresseur commun ? Si je suis indépendantiste, c’est parce que je considère que la disparition de la nation corse n’a rien d’inéluctable. C’est parce que cette nation vit dans nos pensées, dans nos mots, dans nos livres, dans nos gestes les plus prosaïques comme dans nos déclarations solennelles. Dans la mémoire de nos anciens comme dans les balbutiements de nos enfants. Parce qu’elle est encore une réalité et que notre devoir est de la préserver et de continuer à la faire vivre. Si je suis indépendantiste, ce n’est nullement par haine de la France – dont j’admire la culture – mais par amour de la Corse. C’est parce que la Corse ne sera jamais une région ou une province. Si elle abdiquait sa vocation nationale, elle renoncerait à être. Si je suis indépendantiste, ce n’est pas par esprit passéiste mais parce que je suis convaincu que sur les plans économique, social, culturel, politique, l’indépendance correspond aux besoins des Corses d’aujourd’hui. Si je suis indépendantiste, c’est parce que je crois que la Corse a encore des choses à dire à l’Europe et au monde. Citoyens européens, nous devons l’être, comme nos amis Catalans ou Ecossais, par notre choix propre et non par une décision étrangère. Si je suis indépendantiste et non autonomiste ou régionaliste, c’est parce que j’ai la conviction que notre souveraineté est inaliénable et qu’elle n’a pu être confisquée par aucun autre pays. Parce que je suis indépendantiste, j’estime que c’est nous faire injure que de nous « concéder » quelque droit que ce soit. Nos droits, nous les tenons de l’ordre naturel et nous attendons simplement qu’ils soient reconnus par tous ceux qui prétendent être traités en amis. Parce que je ne suis pas autonomiste, je n’ai jamais pénétré un ministère parisien avec l’espoir d’un début d’« émancipation », car je ne me considérais pas comme l’un des représentants d’un « peuple enfant ». Toute avancée politique éventuelle, quelle que soit son ampleur, doit être replacée à travers notre volonté collective dans une perspective de souveraineté pleine et entière. Parce que je suis indépendantiste, et quoi qu’ayant toujours été ouvert au dialogue, je n’ai jamais envisagé un instant de reconnaître l’arbitrage de la force injuste ayant accablé notre pays au XVIIIe siècle. Parce qu’être indépendantiste, c’est contester résolument le moindre droit pérenne sur la terre de Corse au bénéfice d’une entité étrangère. C’est, à mon sens, en gardant tout cela à l’esprit qu’un indépendantiste pourra envisager, demain, un réel dialogue avec Paris.
Back to Top
Product has been added to your cart