Tempi d‘elezzione in Corsica : Quandu paglietta facia vutà per Pasquale Paoli

I 13 è 14 marzu 1838, vutavanu in Corsica per eleghje dui deputati, unu in Aiacciu, unu in Bastia. I dui candidati in Bastia eranu Ghjiseppu Limperani è Saveriu Casabianca. Limperani era u nipote di u generale Oraziu Sebastiani chì, cù a monarchia stabilita à u mese di lugliu 1830 era diventatu u padrone di a diplumazia francese è di a pulitica corsa. “ La famille Sebastiani - hà scrittu Saveriu Versini in u so libru : “ La vie quotidienne en Corse au temps de Mérimée ” - installe alors dans l’île une domination qui va durer autant que Louis-Philippe. Horace est ministre des Affaires étrangères ; il sera jusqu’à la fin un familier des Tuileries. C’est un atout considérable dans un pays où chacun contemple le ciel en espérant le bienfait de la pluie. Il est le chef du bon clan et le dispensateur de toutes les grâces. “ Il faisait mouvoir à son gré, dit un contemporain, les autorités locales, depuis le préfet jusqu’aux gardes champêtres ”. Par un étrange paradoxe, c’est cette espèce d’absolutisme qui va ranimer l’opposition, l’octroi d’une faveur faisant aussitôt dix mécontents. Il faut dire que la notion de parti est, en Corse, extrêmement floue. L’engagement de chacun est fondé sur les rapports de famille ou les services rendus. Les élections ne sont que des querelles de personnes, aujourd’hui dans un sens, demain dans un autre, et dans un collège de 150 électeurs, une addition de mécontents peut ébranler une majorité ”. D’ issi elettori, una canzona dicia : “ Voltanu cum’è lu granu Quandu hè nentru à lu cernigliu ”. L’elezzione durava dui ghjorni : u primu si vutava per custituì u scagnu, u secondu per fà u deputatu. Dunque, u primu ghjornu era impurtante quant’è u secondu sì i dui candidati eranu à tocca tocca. Ghjiseppu Limperani era statu elettu in u 1831 è u 1834. E’ po ci eranu state l’elezzioni di u 18 nuvembre 1837 chì meritanu di esse conte. L’oppusizione avia decisu di prisentà contru à Limperani u deputatu di u Vaucluse, Mottet, Mottet chì ghjera statu procuratore generale in Bastia da u 1833 à u 1836. U scagnu pruvisoriu, cù i dui più giovani è i dui più vechji elettori, era direttu di Montera, presidente di u tribunale di Bastia. A prima uperazione cunsistia à eleghje u scagnu definitivu. L’affare devia da esse fattu avanti 3 ore. A’ 3 ore, i partitanti di Mottet, chì sentianu ch’elli avianu a vittoria, caccianu i rillogi è dumandanu di fà spogliu. Montera dice ch’ellu ùn hà micca intesu sunà l’ora à u rillogiu di u campanile, è ricusa. In più bella, bisbigliu à a porta. Entre u cunsiglieru Stefanini, amicu di Limperani, è dumanda chì diciottu elettori, chì ghjeranu stati cacciati da e liste in u 1836, sianu addimessi à vutà. A scusa era chì u prefettu ùn li avia mai nutificatu a decisione, è chì venianu di fà appellu. I diciottu eranu pronti à ghjurà u falzu. E’ trà di elli ci era un procuratore (quellu di Calvi), un ghjudice d’istruzzione, è un capitanu di gendarmeria. Tutti i gendarmi di u circundariu di Bastia è Balagna eranu stati mubilizati per fà ghjunghje e richieste in Bastia avanti a chjuditura di u scagnu. Per esse più sicuri, u sottuprefettu avia fattu ritardà di duie ore u rillogiu di a cità. U prefettu chì sapia purtantu chì u tempu per fà appellu era scadutu, ùn si stusgiava. I diciottu elettori privi in 36 votanu, è Limperani hè elettu presidente di u scagnu definitivu pè u lindumane. Malgradu quessa, Limperani ùn hè micca sicuru di esse elettu deputatu. Allora, indì a nuttata, decidenu di prisentà, contru à Mottet, à Oraziu Sebastiani, chì ghjera dinù candidatu in Aiacciu. U lindumane, 19 nuvembre, Sebastiani hè elettu in Aiacciu è in Bastia. Hè certa chì l’elezzione fù attaccata, ma ùn servia à nunda, postu chì Sebastiani avia sceltu di riprisentà u circundariu di Aiacciu, è quellu di Bastia si truvava senza deputatu. Ci vole à ricunnosce chì l’imaginazione di i puliticanti corsi ùn avia limite. Ne avemu torna a prova trè mesi dopu, quandu, di marzu 1838, voltanu l’elezzioni. Tandu, Mottet ùn pudia più esse candidatu. A legge dicia chì, quandu un dipartimentu avia dui deputati, unu almenu devia avè a so residenza in u dipartimentu. E’ a residenza di Oraziu Sebastiani, deputatu d’Aiacciu, ùn era micca a Corsica, ma Vervins, in u dipartimentu di L’Aisne. L’oppusizione decide dunque di prisentà, contru à Limperani, à Saveriu Casabianca. U 13 marzu, votanu pè a presidenza di u scagnu. U candidatu di u partitu guvernamentale hè Ghjiseppu Limperani, quellu di l’oppusizione hè u cunsiglieru Arrighi. E’ Arrighi hè elettu cù 82 voti contru à 74. U lindumane, 14 marzu, avianu da fà u deputatu. I dui canditati avianu fattu i so conti. L’elettori scritti eranu 156. A maggiurità assuluta di a medità più unu era dunque di 79. Limperani avia 76 elettori. Li ne mancava 3. Casabianca ne avia 74. Li ne mancava 5. 76 più 74 facenu 150. 156 menu 150 facenu 6. U risultatu dipendia di issi 6 elettori. Unu era Gentile di San Fiurenzu, di u partitu di Casabianca. Ma a figliola venia di maritassi cù u figliolu di u sottuprefettu, è avia decisu di lampà un bigliettu cù a scritta “ ni l’un ni l’autre ”. Restavanu 5 elettori, è di issi 5 ne dispunia u vechju avucatu curtinese Francescu Gaffori, dettu Paglietta. Paglietta ne vulia à i Sebastiani chì pruteggianu u so nimicu, u barone Mariani, sottuprefettu di Corti. Ma ne vulia dinù à Casabianca chì, ellu dinù, avia difesu, in tribunale, i interessi di Mariani contru à i soi. A’ 2 ore dopu meziornu, tutti l’elettori avianu vutatu. Facenu u spogliu. I dui candidati ùn anu micca i 79 voti necessarii per esse eletti. Limperani ne avia 78 (frà tempu avia acquistatu dui elettori di quelli di Casabianca prumettenduli di falli ghjudici di pace). Gentile avia vutatu “ ni l’un ni l’autre ” cum’è ella era prevista. I cinque elettori di Paglietta avianu datu i so voti à u cunsiglieru Arrighi, chì ùn era candidatu. Ci vulia torna à vutà u lindumane. In a nuttata, u prefettu, Jourdan du Var, và à truvà à Paglietta cù a speranza di svultulallu. Ma quellu era in inchjuccutu, i dinù, un burlone. Disse : O sgiò Prefettu, eiu vi prupongu un terzu candidatu, u meiu. Vutemu tutti per ellu. U prefettu fù tunatu quandu ellu intese u nome di u candidatu di Paglietta. Avemu parlatu prima di l’imaginazione di i puliticanti corsi. Paglietta, imaginazione ne avia più chè nimu. Prupunì di fà vutà per un omu mortu 31 annu nanzu, è issu omu era… Pasquale Paoli. U prefettu fece valè chì i Corsi avianu da esse à a rasi, è chì ghjera una insulta pè a Camera di i deputati. “ Ces graves objections - hà contu più tardi Casabianca - n’ébranlèrent pas Paglietta , enchanté d’imposer ses caprices au gouvernement et aux électeurs. Il persista dans sa résolution et le malheureux M. Jourdan, forcé d’opter entre la défaite de son candidat et ce triste expédient, se résigna à le subir… Le lendemain, 15 mars 1838, on vit 40 électeurs rassemblés à la sous-préfecture, ayant pour guide le sous-préfet lui-même, et 40 autres sous la conduite de MM. Gavini et Gregori, aller dans une touchante union déposer au Collège 80 bulletins, portant le nom de Pascal Paoli, décédé à Londres depuis une trentaine d’années ”. Fù una elezzione per nunda. Ci volse à vutà una terza volta. A terza elezzione si fece dui mesi dopu, u 14 ghjugnu. In l’oppusizione, Saveriu Casabianca avia rinunciatu à prisentassi. Ghjuvan Carlu Gregori, cunsiglieru à a Corte d’appellu di Liò, ùn si era mossu. Antone Gavini avia vultatu di partitu, chì u fratellu era statu sottuprefettu. Limperani fù elettu cù 82 voti contru à 74 à u cunsiglieru Arrighi. Limperani avia distribuitu unipochi di biglietti à chjave. Nantu ci era scrittu : “Monsieur Limperani, magistrat intègre”, “Monsieur Limperani, ami chaleureux”, Monsieur Limperani zélé défenseur des intérêts du pays”, ecc. Era un casu di annullazione, ma, subitu dopu à u spogliu, issi biglietti sò stati brusgiati, è prove ùn ci ne era più. Trentasette elettori attacconu quantunque l’elezzione dicendu chì i Sebastiani cumandavanu tutte l’amministrazioni è chì parechji Corsi eranu ubligati di sottumettesi à e so vuluntà è fantasie. Quandu l’affare passò à a Camera di i deputati, Limperani cullò in tribuna : “ Depuis dix ans, il n’y a pas eu une seule élection où Monsieur le Premier Président de la Cour royale ne se soit présenté pour soutenir des intérêts et opinions contraires aux nôtres. Il est à présumer qu’il ne nous a pas prêté son appui… A côté du Premier Président, se trouve un Procureur général. Celui-ci, étranger au pays et magistrat amovible, pouvait être un très utile auxiliaire du pouvoir, et cependant le pouvoir n’a pas eu d’adversaire plus actif. On l’a vu faire cause commune avec tous les partis qui se réunissaient pour combattre le candidat de la majorité, prendre part à leurs banquets, publier des circulaires, solliciter des suffrages et s’aventurer jusqu’à traduire devant les Assises, au moment des élections, un journal du pays qui professait une autre opinion, et le traduire pour un fait dont il a dû, par la suite, abandonner l’accusation… Où donc est la puissance qui est venue à notre secours et dont nous avons si scandaleusement abusé ? Que l’on place le Premier Président de la Cour royale, le procureur général, l’évêque dans les rangs de nos adversaires, que nous reste-t-il ? Le Préfet. Oui, sans doute, M. le préfet de la Corse a cru devoir appuyer de son influence légale un candidat qui ne passait pas pour être un ennemi du gouvernement. Mais, en présence de tant de fonctionnaires qui s’évertuaient à combattre cette candidature, quelle pouvait être son autorité ? Elle ne fut même pas suffisante pour engager le directeur des Douanes à prêter une embarcation à quelques électeurs qui en avaient besoin pour se rendre au chef-lieu et la sollicitaient avec instance, alors que tous les jours cette même embarcation est mise à la disposition de simples particuliers ”. Limperani facia parte di a maggiurità, è u ministru di l’Internu dumandò di cunvalidà l’elezzione. Oramai, per dece anni, l’oppusizione ùn riprisenterà chè u terzu di l’elettori, è ùn prisenterà candidati chè per cuntassi. Quandu ellu era in Bastia, u Procuratore Mottet avia fattu un raportu à u guvernu nantu a situazione ecunomica è pulitica. Eccu ciò ch’ellu dicia di l’elezzioni : “ Le système des élections pour la formation des conseils municipaux, des conseils d’arrondissement et du Conseil général ne conviennent nullement à la Corse. En l’état de détresse du pays, en l’absence de toute industrie agricole, manufacturière et commerciale, les Corses n’ont qu’une carrière, celle des emplois publics. Dans chaque canton, les principales familles se disputent avec une ardeur extrême, la cure, la justice de paix, la perception, la mairie, le conseil municipal, le conseil d’arrondissement, le Conseil général, toutes les positions qui donnent un traitement ou de l’influence… La formation de la liste des électeurs a suffi pour donner une commotion au pays ; ça été une lutte de fraudes de toute espèce : vente, baux, partages, cession d’usufruits, tout était simulé. La liste des électeurs est la liste des plus audacieux et non des plus imposés. De là, un nombre de procès électoraux vraiment scandaleux. Nous en avons eu deux ou trois cents en 1834. De là, par conséquent, des divisions profondes, des haines et leurs déplorables suites. Je n’ai pu avoir des rapports exacts sur toutes les élections qui ont eu lieu depuis trois ans ; mais presque partout les candidats, se sont fait appuyer par leurs partisans en armes, et j’ai la conviction que presque partout c’est la force qui a triomphé. Entre autres faits parvenus à ma connaissance, je citerai deux séquestrations de personnes, l’une de deux électeurs arrêtés sur le chemin, qu’on empêcha d’aller voter, l’autre d’un huissier chargé de signifier l’appel d’une décision du préfet, qui fut retenu jusqu’à l’expiration des délais. L’année passée, une élection pour le Conseil général eut lieu à Moïta (je crois). Le nombre des gens armés dans l’intérêt de chacun des candidats était si considérable, et leur fureur était telle, qu’on fut obligé, pour éviter l’effusion de sang, d’ajourner l’élection. Et des candidats, l’un était magistrat, et l’autre appartenait à une des familles les plus riches et les plus honorables du pays ! A Patrimoniu, à la suite des élections municipales, le plus brave homme, le plus paisible de la commune, fut assassiné par deux sicaires, sans autre motif assignable que la part qu’il avait prise aux élections. On ne pourrait rien faire de mieux que de suspendre, en Corse, les lois qui ont établi le système électoral et de remettre le pays sous l’empire des lois précédentes. Je mets pourtant une très grande différence entre les élections municipales et les élections pour les Conseils d’arrondissement et de département. Ces dernières agitent bien moins le pays. Elles sont moins fréquentes, les candidats y sont moins nombreux. Ils sont d’une classe qui offre plus de garanties. Les électeurs sont de différentes localités et s’éloignent les uns des autres après l’élection. On peut enfin espérer que, lorsque le pouvoir sera plus fort, la force armée mieux organisée et la population désarmée, ces élections se feront d’une manière régulière et paisible. Il convient donc d’ajourner, quant à ce, une mesure exceptionnelle qui peut n’être pas indispensable. Mais il ne faut pas hésiter à suspendre les élections municipales. Elles sont désastreuses. On met partout un véritable acharnement à se disputer le pouvoir local. Les populations des moindres communes s’agitent et se divisent. Ces élections font, pour ainsi dire, circuler le mal dans tout le corps social, et si l’on ne prend pas cette mesure indispensable, les crimes s’accroîtront dans une proportion effrayante. La suspension des élections municipales ne doit pas durer moins de dix ans. Mais on peut, dans le principe, pour ménager les susceptibilités du pays, ne la demander que pour cinq ans, sauf à la faire renouveler. La mesure est exceptionnelle, mais elle n’est nullement contraire à la Charte. L’article 54 de la loi municipale en a fourni l’exemple. Quant aux élections des députés, non seulement il n’y a pas lieu de les supprimer, mais je pense qu’il serait convenable de donner à la Corse trois députés au lieu de deux, ce qui serait aisé en formant un collège des arrondissements d’Ajaccio et de Sartène, un des arrondissements de Corte et de Calvi, et un celui de Bastia. Dans ce cas, le gouvernement devrait se faire une loi d’appuyer toujours, dans un de ces collèges, la candidature d’un continental. Je crois aussi qu’il serait d’excellente politique, pour rallier à soi tous les partis, d’appuyer deux Corses de partis différents. La réunion des deux députations dans la même famille me paraît une faute. Le parti qui n’est pas représenté est exclu des faveurs du gouvernement et finit par lui devenir hostile. Je supplie MM. les Ministres de croire que je ne fais cette observation que dans l’intérêt de la Corse et du gouvernement. Il faut, au reste, que l’on sache (l’expérience le démontre depuis vingt ans) qu’il n’est pas de département où l’appui du gouvernement soit plus efficace pour l’élection d’un député. La Corse nommera toujours, quels qu’ils soient, les candidats appuyés par le gouvernement. Le pays et les individus, dans leur extrême misère, attendent tout du gouvernement, et s’efforcent de mériter sa bienveillance par une complète soumission. Ce fait est important à observer ; il donne la mesure de ce que pourra un gouverneur qu’on saura être le dispensateur unique des faveurs et des emplois, et fait comprendre ce que pourrait pour le désarmement et la soumission du pays, le vote de vingt millions destinés à son amélioration ”. Per rivenene à l’elezzione di Pasquale Paoli, in u 1838, u ricordu restò cum’è una prova chì i Corsi ùn si eranu micca scurdati di u Babbu di a Patria. Paul-Michel Villa, parlendu di u grande scrittore è puetu Salvadore Viale, è di l’elezzioni di u 1838, dice in u so libru “ La Maison des Viale ”. “ L’Imperani fut élu. Mais l’artifice fit scandale à Paris. L’Assemblée législative s’estima bafouée. On y dénonça à la tribune, les mœurs électorales corses, les clans, ses pratiques. On connaît la chanson. Salvatore en avait été lui-même profondément choqué et l’avait dit à son ami Limperani. Mais quand il reprendra cette histoire sous la forme d’un dialogue posthume entre Pascal Paoli et un naufragé qui lui apprend l’incroyable nouvelle, ce fut pour la tourner à la gloire de celui qui, 31 ans après sa mort, incarnait toujours, et lui seul, le bien et l’honneur de la patrie ”.  

Pasquale Paoli, ritrattu d‘un omu di quarant‘anni

U 5 aprile 1765, era u quarantesimu anniversariu di a nascita di Pasquale Paoli, capugenerale di a nazione corsa dapoi quasi dece anni. Pruvemu à fà, secondu certe testimunianze, u ritrattu di issu omu di quaranta anni. Ottu ghjorni dopu issu 5 aprile, Marbeuf u scontra tramezu à Bastia è San Fiurenzu. Scrive à Choiseul : “Le général Paoli est un homme assez intéressant pour que vous soyez peut-être bien aise de savoir ce qui le concerne. Il est grand et assez gros, blond il a un fort beau teint et une figure fort riante. Il est étonnant qu‘un homme dans sa position ait l‘air aussi frais, et aussi peu occupé…“. Quandu, à u mese di uttobre di u 1766, James Boswell ghjunghje in Suddacarò cù una lettera di ricumandazione di Jean-Jacques Rousseau, Paoli hà quaranta anni è sei mesi. U giovanu inglese, chì ellu hà vinticinque anni, trova un omu grande, forte, ben fattu, vistutu di verde è d‘oru. Nanzu, Paoli avia l‘abitutine di vestesi à a corsa, ma dapoi ch‘elli eranu ghjunti i Francesi per aiutà i Genuvesi, pensava chì una certa eleganza pudia fà impressione. Boswell restò abbacciacatu davanti à u capiguvernu di un paisichjulu cum‘è a Corsica. Hè vera chì a nomina avia francatu i mari. Boccheciampe avia fattu entre l‘Inglese in a sala di travagliu di Paoli, è l‘avia lasciati soli. Boswell si trova dipunta à un omu maestosu, energicu, impunente, chì u feghja cù un sguardu acutu, un sguardu chì li ghjunghje à l‘osse. Subitu hè intimuritu, è po, pianu pianu, si ripiglia. U generale li parlava senza famigliarità ma cù naturale. Paoli era un omu assennatu, francu, agradevule. Era sempre à boccarisa senza permettesi di scaccanà. Boswell passò una settimana in Suddacarò, è fù maravigliatu. Più di una volta si truvò solu à parlà cù Paoli. U generale era sempre in muvimentu. Sì ellu ùn era troppu stancu, ùn pusava. Passava è venia, tranquillu, cù una andatura marziale, è parlava di tuttu… in inglese, in francese, o in talianu. Avia assai memoria. Ritenia nomi è casate, cunnuscia i caratteri di e persone, e parentie, è citava autori latini. A so cultura era immensa. U so spiritu era adurnatu d una mansa di cunnuscenze. A so cunversazione era, attempu, istruttiva è divertente. Boswell conta ancu ch‘ellu avia u donu di prevede, svegliulu è durmendu, fatti à vene. L‘omu era calmu, è sapia cumandà. Avia una pruntezza di mente superiore. Un ghjornu ch‘elli li avianu purtatu un traditore, Boswell l‘hà vistu fighjalu cù un ochjacciu, ghjustu una piccula stonda, è po rivene tranquillu, placidu. L‘hà ancu vistu a mane à bon‘ora quandu ellu facia a so pulizia è ch‘ellu si vestia. Ancu tandu avia un cumpurtamentu degnu. A‘ tavula, u pastu era bundante ma semplice. Arricurdemuci ch‘ellu si facia serve patate per incuragginne a cultura à una epica chì in Francia ùn e cunnuscianu ancu. Un‘ li piacianu e pietanze cumplicate è mai beia vini ghjunti da fora. Quandu Boswell si ne andò, per ellu Pasquale Paoli era un omu strasurdinariu, un eroe. U 13 ghjugnu 1769, trentacinque ghjorni dopu a disfatta di Pontenovu, l‘eroe si imbarcava in Portivechju per l‘esiliu. Avia quarantaquattru anni. Trè mesi dopu era in Inghilterra duve ellu hè statu più di vinti anni. Passò per Livornu, Firenze, Bologna, Mantova, Verona, Vienna, Monacu di Baviera, Francuforte, l‘Aia, Utrecht è Amsterdam. Dapertuttu era fistighjatu cum‘è u campione di a Libertà. Era accoltu da i duca è da i rè. In Mantova, duve ellu si hè fermatu una decina di ghjorni, hè statu ricevutu da l‘imperatore austriacciu, Ghjiseppu Secondu. Custì ci era Padre Saveriu Bettinelli, un ghjesuitu di una quarantina di anni, digià celebre cum‘è prufessore, scrittore, puetu, criticu litterariu. Currispundia cù Voltaire è cunniscia a lingua francese quant‘è a taliana. In una lettera à “Madame de l‘Hôpital“, Bettinelli dice : “Après plusieurs conversations que j‘ai eu avec cet homme célèbre, et peu connu hors de la Corse, il me paraît digne d‘être peint pour l‘honneur de l‘humanité, et de notre siècle, qui n‘est pas riche et peut avoir besoin d‘exemples. Je l‘ai considéré en bien et en mal, mais je n‘ai vu que le beau côté. S‘il en a un mauvais, il le cache bien. Il est d‘une taille avantageuse, bien faite, et dans les proportions d‘un corps robuste : le visage beau, tous les traits réguliers, blond tirant au roux, les yeux vifs et pleins de douceur, et encore plus de feu, quoique bleus lorsqu‘il s‘anime en parlant.“ Chì Pasquale Paoli era grande è rubustu, a ci avia digià detta Boswell. D‘altronde, avemu d‘ellu qualchì ritrattu di issa epica. Per esempiu, quandu ellu passò in Amsterdam, ci era una pittrice francese, Sophie Caron. Fece un ritrattu chì ghjè statu incisu nantu à ramu da Hubraken, stampatu è distribuitu à chì ne vulia. Contanu chì, quandu Sophie Caron fece u ritrattu, dumandò à Paoli chì vestura andava a megliu. E‘ Paoli averebbi rispostu : “Per esse in u veru, ci vurebbi à riprisentami in camisgia… chì a Francia mi hà spugliatu“. In Amsterdam ci era dinù un abate francese, Gabriel- François Coyer, chì hà vistu à Paoli è hà scrittu : “Paoli n‘a ni la taille, ni l‘air héroïque : il n‘a même pas l‘air italien. Sans être grand, il a les épaules assez larges, le teint fort blanc, des cheveux blonds, une physionomie douce et modeste“. Qualchì ghjornu nanzu, à Francuforte, Paoli avia scontru un giuvanottu, incunnusciutu tandu, ma chì serà prestu celebre in u mondu interu : Johann Wolfgang von Goethe. Goethe hà dettu chì Paoli era un bellu omu, smirzu, biondu, graziosu, affabile. Isse parulle sò state scritte una cinquantina di anni dopu in un libru autobiograficu intitulatu “Puesia è Verità“, è bisogna à mette da cantu quella chì face di Paoli un omu “smirzu“. Ciò chì hè sicuru, hè chì Paoli avia u fisicu di un omu di u nordu. U litteratore inglese Oraziu Walpole hà scrittu: “era accantu à ellu dapoi qualchì minutu è u pigliava per un ufficiale inglese, o almenu scuzzese“. Tandu, semu sempre in 69. Quattru anni dopu, u filosofu è puetu inglese James Beattie, scrive : “Paoli hà un carnatu chjaru è culuritu. Hà l‘ochji neri acuti. Misura, credu, cinque pedi è nove pollici (ciò chì ferebbi un metru è ottantacinque, allora chì l‘abate Expilly, geografu francese venutu in Corsica, dice “5 pieds, 5 pouces“, dunque un metru è settantasei). Hè rubustu ma micca sgalabatu. E so manere sò semplice è degne. U so sguardu, u so parlà, sò quelli di un superiore, ma ùn hè nè severu nè fieru. A‘ u cuntrariu, hè assai curtese. Un surisu schjarisce a so faccia senza mai cambiassi in risa. I so tratti sò regulari è piacenti.“ Per Beattie, Paoli hè ochjineru, allora chì Bettinelli hà dettu “bleus lorsqu‘il s‘anime en parlant“. Vistu u so fisicu di biondu si pò pensà à ochji naturalmente verdi turchini ma chì cambianu di culore secondu l‘ambiente. Bettinelli dà dinù una precisione pè u culore di i capelli. Dice : “blonds, tirant sur le roux“. L‘Alemani, l‘Inglesi, l‘anu vistu biondu è basta, ma hè nurmale chì un Talianu sia più attenti à un culore chì ùn hè micca cumunu in u so paese. In Corsica, capibiondi è capirossi ci ne hè quantunque parechji. Un‘ sò sì d‘altra ghjente hà parlatu di issu culore di i capelli di paoli, ma Guerrazzi chì si hè ducumentatu per scrive u so rumanzu “Pasquale Paoli ossia la rotta di Pontenuovo“ parla di capelli “di colore fulvo“, vene à dì russicciu. Cuntinuvemu a lettera di Padre Bettinelli à “Madame de l‘Hôpital“ : “Sa figure intéressante et son port majestueux arrêtent les regards de tout le monde. On le croirait un homme de 40 ans et il en a 44 accomplis. Son tempérament est donc bien fort, après tant de peines et de travaux. Toute saison lui est égale, tout aliment indifférent. Il est sobre en tout, et les plaisirs de l‘âme semblent les seuls qu‘il aime. Quoique très poli avec les dames, et n‘ignorant pas cet air de galanterie qu‘elles exigent des hommes aimables, on voit qu‘il n‘est pas de la profession et qu‘il ne s‘en occupe que par politesse (Paoli avia dettu à Boswell chì mai si mariterebbi, ch‘ellu ùn avia e virtù cunghjugale. O allora ch‘ellu si mariterebbi cù una donna ricca immensa chì metterebbi a so furtuna à u serviziu di a patria) ; je l‘ai vu avec elles, et c‘était un homme du monde ; je l‘ai vu avec les enfants de ces dames, et il descendait naturellement jusqu‘à eux. Il est tout ce qu‘il doit être et il l‘est sans efforts. L‘éloquence lui est naturelle ; les occasions de parler en public ne sont plus ; mais ses discours les plus indifférents font conjecturer ce qu‘il était à la tête de la nation.“ “Une voix claire et agréable, le geste vif et plein d‘action, tous ses mouvements font sentir la force de l‘âme, et les grâces de la personne. L‘Anglais, le Français, le Latin lui sont familiers, mais il préfère l‘Italien, sa langue naturelle, qu‘il parle très bien - Per l‘inglese, Boswell conta chì Paoli l‘avia amparatu in Napuli cù Irlandesi, ma quandu ellu l‘hà vistu in Suddacarò, facianu dece anni ch‘ellu ùn u parlava più, è circava e so parulle -. La noblesse et la simplicité caractérisent son style ; toujours modeste et réservé dans ses discours, on y sent un air de vérité qui ne laisse même pas douter de l‘exactitude, et de la sincérité de ses narrations et de ses sentiments. La conversation ne languit jamais en sa compagnie, toujours égal même avec des personnes frivoles ou indiscrètes, qui justifieraient quelque impatience dans un homme de ce caractère, puisque nous ne pouvions la dissimuler. En bonne compagnie de gens raisonnables et discrets, c‘est un plaisir de le voir s‘épancher en liberté. C‘est alors qu‘on admire les qualités de l‘âme et du cœur qui en font un homme unique. Toute la solidité du Législateur, du Philosophe et du Guerrier, toutes les connaissances du Savant et de l‘homme de lettres, avec toutes les manières et les grâces de l‘homme de Cour, la facilité, la bonté, la familiarité de l‘homme de Société, composent cet homme qui fait honneur à l‘homme. Sa mémoire est prodigieuse ; l‘histoire, la poésie, les anciens, les modernes, tous les grands maîtres, et les meilleurs ouvrages fournissent à sa conversation et embellissent ses discours sans la plus petite teinture de vanité ou de pédantisme dans ses citations. Il m‘a dit que la lecture a toujours été sa passion après ses devoirs. Tacite et Virgile semblent ses favoris, et on prétend qu‘il les sait par cœur, ce qu‘il n‘a pas voulu m‘avouer. Les connaissances de l‘antiquité ne l‘ont pas occupé au point de négliger l‘étude de l‘Homme et du Siècle. Le cœur humain, et les affaires de l‘Europe ne peuvent être plus connus par aucun philosophe ou politique, et nous nous sommes accordés à le mettre sur ces matières par préférence, pour notre profit, autant que pour notre plaisir, parce qu‘il y avait dans la compagnie de jeunes seigneurs fort instruits. On ne se lasserait jamais de l‘entendre parler de Lois, de Gouvernements, de Ministères et de Ministres, puisqu‘il a été en commerce avec les principaux de presque toutes les puissances, et il en connaît le fort et le faible, le mérite et les défauts par leurs lettres, leurs traités, leurs artifices enfin. C‘est pour cela que ses papiers sont un objet très intéressant pour lui. De là les passions, et le jeu de nos penchants et de nos intérêts particuliers lui sont mieux connus ; on ne croit pas être avec un soldat. L‘homme de Cabinet, le plus tranquille moraliste ne sauraient développer plus profondément les secrets du cœur et les mystères de l‘amour-propre. Ce qui surprend encore c‘est la manière de traiter ces matières abstraites. Il les embellit du coloris de l‘imagination, des grâces et de la légèreté d‘un badinage piquant. Les bons mots ne lui manquent pas, et il a de temps en temps de ces traits d‘esprit rapides et lumineux qui ouvrent en peu de mots une scène entière. Il hésite quelquefois ; on veut lui suggérer la parole par une mauvaise habitude, et il a déjà trouvé la meilleure…“ Quante lode, da a parte di Boswell, Bettinelli, è d‘altri… ghjente chì ùn avianu nisuna raggiò persunale o pulitica per tenelu caru o per disprezzallu. Allora, Pasquale Paoli ùn averà avutu chè qualità ? Forse chì qualchì difettu ancu ellu l‘averà avutu ma, in casu mai, cum‘ellu hà dettu Bettinelli, i sapia piattà, cum‘elli i piattanu tutti i capiguverni di gran valore.
Back to Top
Product has been added to your cart