Ferraghju #134 : hè quì !

Hè esciutu u vostru Ribombu #134 di Ferraghju 2021 !   – Corsica Libera : Ritruvemu a strada di a Lotta – Cartulare : U Fundariu, a speculazione – Analise Pulitiche : Le temps du mépris – Adecec Voce Nustrale : Quellu ziu poveru carnavà ! – A scelta di u mese da Allindì – A pagina Spartimusica cù Clément Albertini   www.uribombu.corsica Pour les abonnés, choisissez simplement "ajouter au panier" puis confirmer votre commande dans votre panier. Vous pourrez directement le télécharger.

Cap’Articulu d’Eric Simoni : Ferraghju d’u 2021

« ...On m’ôtera les armes et je la défendrai avec mes mains la maison de mon père. On me coupera les mains et je la défendrai avec mes bras la maison de mon père. On me laissera sans bras, sans poitrine et je la défendrai avec mon âme la maison de mon père. »* S’il est un combat emblématique de la lutte nationale corse c’est bien celui que les patriotes ont de tous temps mené contre la dépossession foncière de notre peuple. Le phénomène de transfert de la terre et des biens immobiliers excluant les Corses au profit de personnes ou de groupes financiers étrangers, qui est à l’œuvre depuis trop longtemps déjà, a connu une accélération notable ces dernières années. Certaines mobilisations de la part de Corsica Libera, comme aux Palazzi en Balagne ou au couvent de Santa Catalina à Siscu ont permis de donner un coup d’arrêt ponctuel à cette pression permanente des forces de l’argent qui tend à faire des Corses des errants sur leur propre sol. Cela est d’autant plus insupportable que ce qui nous lie à notre terre, comme à nos maisons, va, depuis le fond des âges, bien au delà de la propriété matérielle. Nous appartenons au lieu au moins autant qu’il ne nous appartient. Aucune administration étrangère, aucune transaction financière, ne sera jamais assez légitime à nos yeux pour nous faire accepter cette logique mortifère de dépossession programmée. De l’action armée du FLNC jusqu’en 2014, à la revendication d’un indispensable statut de résident, en passant par le programme intitulé « Terra salva » défendu par le groupe d’élus de Corsica Libera à l’Assemblée de Corse, la volonté du peuple corse de combattre ce fléau s’est toujours affirmée. Et continuera à le faire. C’est une question vitale qui touche non seulement à ce qui doit être reconnu comme nous appartenant, mais aussi, comme on l’a vu, à ce que nous sommes. La résolution démocratique de ce problème est également une exigence autant qu’une garantie d’évolution pacifique durable dans un contexte qui ne cesse de se tendre et de s’aggraver, du fait d’apprentis sorciers qui, dans les officines parisiennes, continuent de penser que le pourrissement de la situation est toujours la meilleure stratégie. La Corse ne connaît que trop bien les conséquences de ce genre de calculs, aussi ineptes que cyniques. Notre Histoire contemporaine en est, malheureusement, jalonnée. Ils ont pourtant échoué jusqu’ici à réduire notre sentiment national et ce dernier a, au contraire, été à l’origine de victoires sur un terrain institutionnel pourtant miné par un corps électoral en partie étranger. Il n’en demeure pas moins que la lutte contre une spéculation immobilière prédatrice aux effets délétères doit être prioritaire et nécessitera un mouvement global intéressant toute la société, bien au delà des rangs d’une Assemblée de Corse qui, aujourd’hui, n’est pas en mesure d’imposer, seule, les règles indispensables à la sauvegarde de nos intérêts communs face à un Etat français plus sourd et aveugle que jamais. Comme les indépendantistes n’ont eu de cesse de le rappeler, le maintien de l’usage et de la propriété de notre terre par les Corses est une des conditions indispensables pouvant nous permettre d’assurer un avenir à notre peuple. Aujourd’hui, le combat politique à mener contre l’exclusion des Corses de leur propre terre répond toujours, à la fois, à des problématiques d’ordre social, agricole, culturel, économique ou environnemental. Il est central, essentiel, incontournable, et demandera la mobilisation de toutes les forces vives de notre pays. *Gabriel Aresti (La maison de mon père, 1963, Euskadi)

Da quì à pocu, u Ribombu di Ferraghju

➡️🔥Da quì à pocu, U Ribombu Internaziunale #134 di Ferraghju 2021 !   - Corsica Libera : Ritruvemu a strada di a Lotta - Cartulare : U Fundariu, a speculazione - Analise Pulitiche : Le temps du mépris - Adecec Voce Nustrale : Quellu ziu poveru carnavà ! - A scelta di u mese da Allindì - A pagina Spartimusica cù Clément Albertini   Da vene u vostru cap'articulu da Eric simoni   www.uribombu.corsica

Vulete parè ?

Vulete parè ind'u Ribombu Internaziunale ? www.uribombu.corsica/publicita/ Depuis 1974, près de 50 ans, U RIBOMBU fait vivre l’idée Nationale. Journal historique, créé par les étudiants de la CSC, il a été et est encore aujourd’hui l’organe central de la vie politique et médiatique du mouvement. Outil d’information, militant, moyen de communication : U RIBOMBU est un symbole de la Lutte de Libération Nationale. Si vous êtes artisan, chef d’entreprise, responsable d’association… que vous souhaitez publier dans le RIBOMBU ou grouper des abonnements, n’hésitez pas à nous contacter pour étudier ensemble une offre qui corresponde à vos besoins. È chì U RIBOMBU RIBOMBI ! --- DUMANDATE CI : uribombu@uribombu.corsica

Cap’Articulu d’Eric Simoni : Ghjennaghju d’u 2021

2021 : Pace, Salute, è Libertà, frutti difficiuli di a lotta pulitica. L’année 2020 restera une année sombre à maints égards et dans beaucoup d’esprits. Les conséquences de la pandémie ont mis en lumière les nombreuses défaillances d’un système qui continue de camper sur de fausses certitudes et des orientations parfois aussi péremptoires qu’erronées, sans jamais se remettre en question. Mais aussi, dans quelle condition d’extrême fragilité se retrouve notre société corse face à n‘importe quel phénomène émergent, dès lors qu’elle est dans l’impossibilité de réagir vite, bien, et de manière adaptée. Les liens de dépendance et le carcan administratif français s’opposent en permanence aux initiatives cohérentes qu’un territoire insulaire et une société de proximité comme la nôtre peuvent générer. Et ce, dans tous les domaines, la Santé Publique n’étant qu’un exemple - essentiel certes - mais pas isolé. Pourtant les plans vertueux existent et ne demandent qu’à être appliqués. Il faudra bien y venir car, au delà de revendications légitimes portées par tout un peuple depuis des décennies, il s’agit là, chaque jour davantage, d’une question de survie. Dans le bras de fer qui s’annonce, avoir certains leviers institutionnels en main ne suffira pas si une nouvelle stratégie - celle qui aurait dû prévaloir dès l’accession de la coalition Pè a Corsica aux rênes de l’Assemblée de Corse - n’est pas adoptée. Chaque pas que nous voudrons faire dans le bon sens, sera entravé. Mais ça, ce n’est pas nouveau, et les rapports de force politiques sont le quotidien des peuples qui veulent s’affranchir d’une tutelle étrangère partout dans le monde, et toujours dans l’Histoire. L’oublier pour se satisfaire de cogérer le système que l’on nous impose n’est sûrement pas dans l’ADN de Corsica Libera : cela a été rappelé à plusieurs reprises. L’année qui se termine, au delà des rétrospectives événementielles, est pour un grand nombre de Corses marquée par un sentiment de désillusion et une vive inquiétude pour l’avenir, dans tous les domaines, certains n’hésitant pas à parler d’ « annus horribilis ». Pourtant notre peuple a connu d’autres moments difficiles : des générations de Corses ont passé - et passent encore - des Noëls loin d’un proche injustement emprisonné; des drames, des deuils cruels, des souffrances partagées ont jalonné l’Histoire de notre pays, et celle de nos luttes les plus récentes. Notre nation a toujours produit des individus assez pragmatiques et réalistes pour savoir que ce n’est pas en renonçant à ses rêves que l’on peut se donner la moindre chance de changer la réalité. Or c’est précisément sur la réalité que tout combat politique digne de ce nom doit s’efforcer d’influer. L’évolution des modalités de lutte, pour nécessaire qu’elle soit, n’altère en rien la finalité et les fondements d’une démarche visant, depuis et pour toujours, la libération nationale de la Corse. En attendant, une nouvelle année commence, et les défis qui nous attendent ne doivent pas nous faire oublier les voeux de circonstance, surtout lorsqu’ils sont sincères et qu’ils nous engagent véritablement: Pace è Salute à tutti, è, sopratuttu, Libertà pè a Corsica è i so figlioli, chì, senza libertà, ùn ci pò esse, veramente, nè pace, nè salute. CUMPRATE LU : https://uribombu.corsica/produit/n133-ghjennaghju-du-2021/

Edizione nova per u ghjurnale

EDIZIONE NOVA ! Numaru #133 : Ghjennaghju 2021 Dop'à u so situ, eccu a versione nova di u ghjurnale : Più mudernu, più chjaru è più attuale, escera a settimana chì vene ! - Ùn ci feranu mai piantà - Cartulare : La rétrospective de l'année - Internaziunale : l'insoluble équation kurde - A cunsulta d'Orezza da l'Adecec Voce Nustrale U Ribombu ribomba

Interview Republican Sinn Fein : Des Dalton Par Anghjula Filippi

NDLR : Le Ribombu publie ici une interview du principal responsable actuel du parti irlandais Rebublican Sinn Féin. Afin d’éclairer le lecteur, certaines informations semblent nécessaires pour une meilleur e compréhension du contexte politique actuel en Irlande du Nord. En effet, force est de constater que scissions et divisions existent dans tous les combats de ce type, ce qui, au delà d’un simple constat désabusé, peut être intéressant, voire instructif, à observer. Cela permet d’avoir un regard extérieur, donc un certain recul et une analyse plus objective, sur des phénomènes qui n’ont malheureusement pas épargné nos propres luttes. En ne perdant jamais de vue les différences qui existent aussi entre les situations.Le Republican Sinn Féin est né d’une scission relativement récente, survenue en 1986, au sein du Sinn Féin. Il s’est alors notamment opposé à la ligne défendue par Gerry Adams et Martin Mac Guiness, ainsi qu’au processus de paix ayant abouti aux accords du vendredi saint en 1998. Le RSF a été fondé au départ par des membres influents bien que minoritaires du Sinn Féin (Ruairí Ó Brádaigh, Dáithi Ó Conaill,...), qui avaient été également des chefs d’Etat major de l’IRA puis de l’IRA provisoire (après la scission de 1970).Bien que l'IRA provisoire soit opposée à la création de nouveaux groupes armés, la CIRA (Armée républicaine irlandaise de la continuité) apparaît au moment de la naissance du RSF et est considérée par de nombreux observateurs comme l'aile militaire du RSF, ce qui est officiellement démenti par ce dernier.   1. Pour quelle cause vous battez-vous en Irlande ? Nous sommes les Traditionnels républicains Irlandais du Sinn Fein nous nous battons pour la liberté et l’unité de l’Irlande.Il y a cent ans, le gouvernement britannique a rejeté la République démocratique de toute l'Irlande et le parlement qui avaient été proclamés lors du soulèvement de 1916 et approuvés par le peuple irlandais lors des élections générales de 1918. Au lieu de cela, ils ont partitionné l'Irlande, créant deux États de partition qui existent toujours aujourd'hui. L'injustice politique et économique que la partition a imposée au peuple irlandais demeure et ne peut être éliminée qu'en mettant fin à l'occupation britannique des six comtés du nord-est de l'Irlande et à la création d'une Nouvelle-Irlande. Nous recherchons une République socialiste démocratique fédérale de 32 comtés. C’est notre lutte et c’est une lutte pour laquelle tant de sacrifices ont été consentis au cours des décennies et des siècles.Tout comme le peuple corse se bat pour l'indépendance, nous luttons pour la liberté nationale du peuple irlandais. La lutte irlandaise fait partie de cette lutte internationale contre l'impérialisme. Les républicains irlandais ont toujours été solidaires de tous les peuples en quête de liberté nationale tels que la Corse, le Pays basque, la Bretagne, la Catalogne, la Palestine entre autres. Dans les années 70 et 80 notamment, nous avons eu des relations étroites avec le mouvement pour l'indépendance de la Corse.   2. Quels sont vos moyens de lutte ? Comment les appliquez-vous au quotidien ? Nous sommes une organisation politique, donc nous transmettons notre message directement au peuple. Nous contestons les élections du gouvernement local dans l'État du sud de l'Irlande où nous avons un conseiller élu, Tomás Ó Curraoin, à Co Galway. Nous sommes un mouvement activiste et nous nous impliquons donc dans des campagnes pour la justice politique et économique. Beaucoup de nos membres sont également actifs au sein du mouvement syndical. Le républicain Sinn Féin a par exemple joué un rôle de premier plan dans la question des sans-abris. Un membre de notre exécutif national (Ard Chomhairle) Diarmuid MacDubhghlais a joué un rôle prédominant dans ce travail tout au long de la crise du Covid-19. Nous pensons qu'un tel travail est vital pour relier la lutte pour la liberté nationale aux luttes quotidiennes du peuple. C'est essentiel si nous voulons construire un mouvement national fort basé sur les principes de la démocratie politique et économique.   3. Quels sont les points clés de votre programme ? Notre programme politique est basé sur les principes de liberté énoncés dans la Proclamation historique de 1916. Nos stratégies politiques et économiques reflètent ces idées de justice politique et économique. Notre programme politique ÉIRE NUA (Nouvelle-Irlande) prévoit la décentralisation de la prise de décision politique du niveau national au niveau provincial, régional et communautaire. Cela implique une réelle participation des personnes aux décisions qui affectent leur vie et leur communauté. Il met un pouvoir significatif entre les mains des gens plutôt que d'un petit groupe d'élite de politiciens qui restent largement irresponsables. ÉIRE NUA concerne la participation maximale des personnes au processus décisionnel et à la formulation des politiques.Chacune des quatre provinces historiques d'Irlande aurait son propre parlement avec un parlement fédéral national représentant tout le peuple irlandais pour décider de questions telles que les relations internationales et la défense nationale. Les parlements provinciaux et les assemblées régionales auraient la responsabilité de domaines importants tels que le développement économique, la santé, l'éducation et la politique environnementale. Notre programme social et économique SAOL NUA (Nouvelle société) vise à créer une véritable démocratie économique, à autonomiser les travailleurs au sein de leurs lieux de travail et communautés dans le développement économique de leurs régions, SAOL NUA encourage les coopératives de travailleurs comme modèle de croissance économique. Nous prônons un développement industriel irlandais tout en développant une relation économique internationale forte et éthique avec d'autres nations pour les investissements entrants et sortants. SAOL NUA est basé sur de forts principes écologiques, républicains et socialistes pour un développement économique durable.Nous luttons pour une Irlande qui embrasse véritablement tous les enfants du pays de la même manière et autonomise les gens à la fois politiquement et économiquement.   4. La langue corse n'est toujours pas reconnue et est largement minoritaire par rapport à la langue française, qu'en est-il du statut de la langue irlandaise ainsi que de son utilisation dans la vie quotidienne? La langue irlandaise est officiellement la première langue de l'État du sud de l'Irlande (26 comtés). Cependant, la réalité est qu'elle a été régulièrement érodée par la négligence au fil des ans par l'État. Les zones de langue irlandaise connues sous le nom de zones Gaelteact ont été privées d'investissement économique, ce qui signifie qu'elles ont perdu un grand nombre de leurs populations qui ont été forcées d'émigrer pour trouver un emploi.Au sein du système éducatif, des tentatives ont été faites pour faire supprimer la langue irlandaise comme matière obligatoire. Cela montre le mépris que beaucoup au sein de l'establishment politique ont pour la langue irlandaise.Dans les six comtés du nord de l'Irlande, il n'y a pas de reconnaissance officielle de la langue irlandaise. L'accord Stormont de 1998 promettait une loi sur la langue irlandaise, mais cela n'a jamais été appliqué. Malgré cela, un mouvement dynamique d'écoles de premier et deuxième niveaux de langue irlandaise s'est créé au cours des 20 dernières années.De nombreuses communautés de langue irlandaise prennent les choses en main pour promouvoir la langue et développer économiquement leurs propres communautés. Pour les républicains irlandais, cela a toujours été une partie vitale de la lutte nationale pour la liberté irlandaise.Si un peuple perd sa langue, il perd une grande partie de son identité, sa capacité à se connecter avec son passé et à exprimer au monde son identité nationale unique.   5. La France exprime une forte réticence à enseigner son histoire coloniale en Corse et plus généralement l'histoire de la Corse elle-même, qu'en est-il du côté de l'Angleterre et de l'Irlande? Il y a toujours eu une réticence similaire ici. L'histoire irlandaise est devenue une arme pour l'État britannique et l'État du sud de l'Irlande. Ils le font pour tenter de retirer la légitimité de la lutte historique pour la liberté irlandaise. Ces dernières années, cela s'est intensifié alors que nous marquons le centenaire de la période révolutionnaire de 1913-1923. L'État a tenté d'assainir cette histoire en assimilant ceux qui ont collaboré avec l'État britannique en rejoignant son armée à ceux qui ont résisté et combattu contre la domination britannique. Cela vise à brouiller et à voler le sentiment d’identité de nos enfants et une véritable fierté de notre histoire révolutionnaire. Dans les six comtés du nord de l'Irlande, une vision très étroite de l'histoire irlandaise est enseignée qui ignore ou balaie la façon dont la partition a été imposée à l'Irlande et le rôle répressif de l'État britannique en Irlande. L’État britannique n’enseigne aucune histoire irlandaise significative, ce qui signifie que la grande majorité des Britanniques n’ont aucune connaissance de l’Irlande ou du rôle colonial de la Grande-Bretagne en Irlande. L'histoire et notre compréhension de celle-ci sont extrêmement importantes pour garantir notre sentiment d'identité.   6. Quel statut a donné l'Angleterre aux prisonniers politiques irlandais, font-ils l'objet d'injustice par rapport aux prisonniers de droit commun? Après la grève de la faim héroïque de 1981 H Block menée par Bobby Sands, les prisonniers républicains irlandais du nord de l'Irlande ont obtenu la pleine reconnaissance en tant que prisonniers politiques. Cela a été donné aux termes de l'accord de Stormont ou de Belfast de 1998. Depuis lors, les prisonniers républicains détenus dans la prison de Maghaberry, près de Belfast, ont été impliqués dans une campagne en cours pour restaurer leur plein statut politique. Ils ont subi un régime carcéral brutal, des fouilles à nu et des passages à tabac de la part des gardiens de prison. Ils ont vaincu une tentative de les forcer à partager les « débarquements » de prison avec des prisonniers criminels et à avoir leurs propres « débarquements » au sein de la prison et leur propre structure de direction et organisation.Cependant, ils endurent de longues périodes d’enfermement dans leurs cellules, de manque de temps libre avec leurs camarades et d’accès à des établissements scolaires adéquats. Cela a inclus l'interdiction des livres. Un exemple célèbre en est l’interdiction, l’année dernière, d’une étude académique sur le républicanisme irlandais contemporain par le Dr Marisa McGlinchey de l’université de Coventry intitulée Unfinished Business: The Politics of «Dissident» Irish Republicanism. Cette interdiction a été contestée par Marisa McGlinchey et son défi a forcé le service pénitentiaire britannique du nord de l'Irlande à reculer et à convenir de nouvelles procédures qui permettraient aux livres universitaires d'entrer dans la prison. Ce fut une victoire significative pour les droits des prisonniers politiques d’avoir un accès approprié aux livres. Les Britanniques utilisent la vieille tactique d'essayer de criminaliser les prisonniers républicains dans une tentative de criminaliser la lutte pour mettre fin à la partition et pour une Irlande totalement libre. Dans l'État du sud de l'Irlande, les prisonniers républicains sont en effet reconnus comme prisonniers politiques et peuvent organiser leurs structures au sein de la prison de Portlaoise, accéder à l'éducation et s'associer librement entre eux. Angèle Filippi

Hè esciutu u numaru di Nuvembre !

Numaru #131 : Hè esciutu u Ribombu di Nuvembre ! - Umagiu à GB.Acquaviva - Ritornu nant'à un mese di mubilizazione di Corsica Libera - Cartulare : Ghjuventù corsa cù a Ghjuventù Libera, l'Assemblea di a Giuventù di a Corsica è l'andatura di Bastien Caraccioli, ambasciatore sportivu Da ritruvà in casa vostra

Hè esciutu u numaru d’Uttobre !

Hè esciutu u novu numaru di U Ribombu Internaziunale ! Da leghje : - A rientrata pulitica di Corsica Libera - U cartulare #Iwas - Corse : le pari d’une création décomplexée ? La filière industrielle en question : réflexion sur l’avenir et la structuration d’un “Cinéma des peuples en luttes” - L'analisa di u referendum in Kanaky È cumè sempre a pena di Cultura cù Spartimusica è di lingua corsa cù l'Adecec Voce Nustrale
Back to Top
Product has been added to your cart