#155 : U Primu di l’annu hè esciutu !

https://uribombu.corsica/produit/n155-ghjennaghju-2023/ 2022 in u spechju Attualità Riforma di e ritirate : INNÒ Sucetà L‘affari sò in francese : Debbulezza culturale è suciale Internaziunale Eloi Machoro, leader du FLNKS-Officiel assassiné le 12 janvier 1985 par le GIGN Bresil : Le coup de force des partisans de Bolsonaro Scontri di a Ghjuventù Indipendentista - GI : u 28 di Ferraghju, l’1 è u 2 di Marzu 2023

U primu di l’annu di u 2023 ha da esce

2022 in u spechju Attualità Riforma di e ritirate : INNÒ Sucetà L‘affari sò in francese : Debbulezza culturale è suciale Internaziunale Eloi Machoro, leader du FLNKS-Officiel assassiné le 12 janvier 1985 par le GIGN Bresil : Le coup de force des partisans de Bolsonaro Scontri di a Ghjuventù Indipendentista - GI : u 28 di Ferraghju, l’1 è u 2 di Marzu 2023 https://uribombu.corsica/

L‘aviamu sunniata, l‘anu fatta… a francia fora !

À l’affaccata di e feste di capu d’annu è mentre chì u nostru paese campa una situazione pulitica, sucetale abbastanza pessima, un fattu ghjuntu da u mezu oriente hè venutu à rallegrà appena i nostri cori. Ghjera una dumenica di dicembre, calma, ind’una Corsica chì campa à u ritimu di i mercati nataleschi è di a so ambianza scialata, quandu versi 7 ore di sera u muscu di e frittelle è u rimore di i cuncerti, hà lasciatu a so piazza à u culore russicciu di i fumigènes è un certu fervore in carrughju.  Eccu, L’Argentina hà vintu a finale di a cuppa di u mondu di pettu à a francia dopu à un macciu di guasi 3 ore. Una gioia cumuna hè subbitu schiattata, è u fretu di stagione hè statu rimpiazzatu da un bullore pupulare. S’hè  cumminciatu à fà festa nu i  carrughji di parechje ville di Corsica chì si sò ammantate tandu di i culori di l’Albiceleste, e trumbate di e vitture anu ribumbatu per i quartieri, è centinaie di parsone si sò addunite  nant’à a traversa di Bastia è d’astri lochi di l’isula, fendu sventulà bandere è sciarpe Argentine è cantendu à voce rivolta canzone in umagiu à e legende « Diego Maradona », « Messi », l’Argentina in generale è dinù per ùn dispiace ci, qualchì cantu per stuzzicà appena a pupulazione di u paese amicu. Una stonda festosa è scherzoza cum’elle ci piacenu. Dopu à sta passata più chè sebbiata, a seguita s’hè passata nant’à a tela, soprattuttu per via di e rete suciale, induve emu vistu abbastanza in furia assai videò è fottò di a Corsica in traccia di festighjà a disfatta di a francia, perchè chì ch’ella piacessi o micca à certi, s’hè festighjatu prima di tuttu a scunfitta di a francia. A stampa naziunale francese hà ripigliatu assai l’infurmazione  cù un disprezzu forte, cum’è s’ellu ci fussi statu qualcosa di strazurdinariu. Ognunu sà chì ghjè un usu abbastanza cunnisciutu è universale, quandu u paese duminante perde, u paese duminatu vince. Forse certi ghjeranu sustenidori di l’argentina per cagione  chì rimandanu solu à un aspettu spurtivu, ma stu slanciu pupulare è stu riflessu naturale, spuntaneu avianu una versura pulitica senza dubbità ne. Ùn ci hè vulsutu ad aspettà tantu per vede spuntà appena inghjilocu nant’à e rete una mossa di razzisimu di pettu à i corsi,  emu ritruvatu e cacciate tradiziunale, chì anu sempre a pretenzione d’amparà ci a vita, chì provanu di fà crede à a ghjente chì senza a pastoghja francese seriamu pocu affari. Ma frà tutte l’inghjulie s’hè vistu parechje volte, una certa infrasata « il faut les renvoyer chez eux ». Tandu ci vulerebbe chì a pupulazione di francia capisca, chì prima stu mottu ind’u nostru casu ùn viaghja micca è chì ancu s’ella a sà digià, ùn feremu risparmiu à ripete la, chì a sola pupulazione di dirittu nantu à a terra di corsica sò i corsi è chì u scopu ferma u listessu,  cum’è l’hà fatta l’Albiceleste, si cercherà sempre à mette A FRANCIA FORA.

Une réponse à Jean-Martin Mondoloni

Durant de longues années, j’ai côtoyé Jean-Martin Mondoloni à l’Assemblée de Corse. Outre les relations amicales que nous entretenons à titre personnel, j’ai pour lui de la considération sur le plan intellectuel. Je n’en ai été que plus surpris de prendre connaissance de sa récente intervention dans l’hémicycle, lors de la session consacrée aux dérives mafieuses affectant la société corse. Considérer que la lutte clandestine a favorisé la naissance et le développement des problèmes de banditisme me paraît relever de l’extravagance, pour ne pas dire davantage.   Tout d’abord pour des raisons historiques : les heures les plus marquantes du banditisme insulaire ont eu lieu bien avant les années soixante-dix et la naissance du mouvement national corse moderne. Dans l’entre-deux-guerres déjà, nombre de compatriotes dévoyés développèrent un savoir-faire en la matière, et l’exportèrent non sans un certain succès, notamment à Paris ou à Marseille. Le moment venu, certains d’entre eux choisirent la Résistance – ils soutinrent parfois des responsables de gauche après la Libération –, d’autres optèrent pour la collaboration – ils étaient de droite. Ce dernier courant politique fut après la guerre un considérable vivier de voyous de haut vol, et d’assassins patentés. Qui ne se souvient des exactions du Service d’Action Civique, de triste mémoire, résolument ancré dans le courant gaulliste ? Ce constat difficilement contestable ne saurait faire reposer sur les membres actuels de cette famille politique la moindre responsabilité morale. Je connais bien la plupart des élus actuels siégeant à droite de l’hémicycle territorial. Je nourris généralement pour eux de l’estime, et suis convaincu de leur parfaite probité. Toutefois, cet héritage est sans doute plus lourd à porter que celui du paolisme dont nous nous réclamons pour notre part, ou du FLNC dont nous fûmes de tout temps solidaires.   Sur le plan de la logique, la position de Jean-Martin Mondoloni ne paraît pas davantage valide : son courant politique et son groupe à l’Assemblée – qu’il a longtemps présidé et qu’il copréside aujourd’hui – a toujours défendu une conception du développement faisant la part belle à la spéculation immobilière (souvenons-nous du projet de PADDUC de la fin des années 2000 et de son « économie résidentielle »). Or, il suffit de superposer la carte des assassinats de ces dernières décennies et celle des lieux hautement spéculatifs pour constater qu’elles s’accordent parfaitement. Pendant cette même période, le mouvement national a inlassablement plaidé pour limiter ces dérives au moyen d’un statut de résident, tandis que le FLNC empêchait quant à lui nombre d’opérations spéculatives de se réaliser. Peut-on vraiment croire que les responsables de menées mafieuses soient favorables à un statut de résident ayant pour effet mécanique de faire baisser les prix de l’immobilier et donc les enjeux de la spéculation ?   Enfin, prétendre que l’usage des armes par les clandestins a provoqué par mimétisme le développement d’organisations criminelles est aussi absurde que de soutenir que les gangs ont voulu imiter ces autres groupes, lourdement armés, que sont la police et la gendarmerie… Vous me direz que dans un Etat de droit, la force publique dispose du « monopole de la violence légitime ». Toutefois, compte tenu de la situation corse et de l’attitude nocive de l’Etat français à l’ombre duquel les gangs ont pu prospérer en toute tranquillité, le FLNC était, pour de nombreux Corses, lui-même pourvu de ce « monopole » de l’usage légitime de la force. En résumé, non seulement Jean-Martin Mondoloni a introduit un ferment de division dans un débat important pour la société corse, mais au surplus il l’a fait dans le mépris de la logique et en oubliant les responsabilités historiques de son propre courant politique s’agissant des dérives actuellement à l’œuvre. Jean-Guy Talamoni  

#153 di Nuvembre : Ha da esce !

Corsica Libera - Cungressu naziunale : A POPULU FATTU ! - L’andatura è l’orientazione di u partitu Patriotti GB.Acquaviva - Yvan colonna : Listessu destinu, listessu assassinu Suceta Suciale è pulitichella : Le train en plaine orientale, l’arlésienne Cultura Parchì a sant‘andria : u 30 di nuvembre da Rinatu Coti Storia Royaume indépendant de Corse : 16, 17, 18 di nuvembre 1755

Ottobre #152 : Dumane sera

U Ribombu Internaziunale d'Ottobre #152 : Dumane 6ore di sera Discussione cù u Statu - Mubilizazione di a Ghjuventù Libera - Cumunicatu di a Ghjuventù "Unita" : Cunsulta di a Ghjuventù Corsa / Ghjuventù Indipendentista - GI / Ghjuventù Libera è Ghjuventù Paolina - Josepha Giacometti Piredda : “ Je ne suis pas signataire de ce communiqué “ Corsica Libera - Rientrata pulitica - Cungressu u 20 di Nuvembre in Corti Sucetà - L’Assemblea di Corsica : Figliola di u Fronte, 40 anni fà da Jean-Guy Talamoni Storia - L'impiccati d'Oletta : u 25 di Sittembre di u 1769 Storia di a lotta - Settembre di u 1985 : una voce per u Fronte Cultura "A Chjama" di i Chjami : Dischettu novu www.uribombu.corsica

Sittembre #151 : Quì !

✅▶️U Ribombu Internaziunale #151 di a rientrata di Sittembre https://uribombu.corsica/produit/n151-sittembre-2022/ 🔸Corsica Libera Véritable solution politique : 10 propositions de résolution   ◾️Associu Sulidarità Discorsu di chjosura : “ Se remobiliser dès la rentrée “   🌍Internaziunale Déclaration commune des peuples à disposer d’eux-mêmes   + 18 pages de photos de l'édition 2022 des Ghjurnate Internaziunale di Corti de Crystal Pictures !   ---Pour les abonnés, choisissez simplement "ajouter au panier" puis confirmer votre commande dans votre panier. Vous pourrez directement le télécharger.   www.uribombu.corsica

Sittembre #151 : HA DA ESCE !

U Ribombu #151 di a rientrata di Sittembre : DA VENE ! Corsica libera Véritable solution politique : 10 propositions de résolution Associu Sulidarità Discorsu di chjosura : “ Se remobiliser dès la rentrée “ Internaziunale Déclaration commune des peuples à disposer d’eux-mêmes + 18 pages de photos de l'édition 2022 des Ghjurnate
Back to Top
Product has been added to your cart