Da quì à pocu, u Ribombu di Ferraghju

➡️🔥Da quì à pocu, U Ribombu Internaziunale #134 di Ferraghju 2021 !   - Corsica Libera : Ritruvemu a strada di a Lotta - Cartulare : U Fundariu, a speculazione - Analise Pulitiche : Le temps du mépris - Adecec Voce Nustrale : Quellu ziu poveru carnavà ! - A scelta di u mese da Allindì - A pagina Spartimusica cù Clément Albertini   Da vene u vostru cap'articulu da Eric simoni   www.uribombu.corsica

Vulete parè ?

Vulete parè ind'u Ribombu Internaziunale ? www.uribombu.corsica/publicita/ Depuis 1974, près de 50 ans, U RIBOMBU fait vivre l’idée Nationale. Journal historique, créé par les étudiants de la CSC, il a été et est encore aujourd’hui l’organe central de la vie politique et médiatique du mouvement. Outil d’information, militant, moyen de communication : U RIBOMBU est un symbole de la Lutte de Libération Nationale. Si vous êtes artisan, chef d’entreprise, responsable d’association… que vous souhaitez publier dans le RIBOMBU ou grouper des abonnements, n’hésitez pas à nous contacter pour étudier ensemble une offre qui corresponde à vos besoins. È chì U RIBOMBU RIBOMBI ! --- DUMANDATE CI : uribombu@uribombu.corsica

Kurde : L’impossible équation

Les Kurdes ? Un peuple, une langue, une histoire, un territoire. Tous les éléments constitutifs d’une nation sont sur la table. Mais le Kurdistan est une nation sans État. Ce n’est pas original. Des nations sans État, le monde en compte un certain nombre qui toutes, plus ou moins, avec des fortunes diverses, luttent pour leur indépendance. En Europe, la Catalogne, la Corse, l’Euskadi sont les exemples les plus connus pour avoir chacune un mouvement national actif, organisé et majoritaire. Mais c’est le cas des Kurdes, me direz-vous. Oui, et les Kurdes ont des forces armées, les peshmergas d’Irak et les combattants du PKK turc essentiellement, qui ont amplement contribué  à l’éradication de l’État Islamique dans la région, en Syrie et dans le Nord de l’Irak. Alors, où est le problème ? Pourquoi lorsqu’il est abordé, essayistes et analystes parlent de L’impossible État kurde, ou de La Malédiction kurde ? Parce qu’indépendamment des ses atouts, la revendication kurde est plombée par une situation géopolitique insoluble et une indifférence générale - lorsque ce n’est pas une hostilité - des grandes puissances. Le Moyen Orient est une zone d’instabilité permanente depuis des siècles et le pétrole n’a fait qu’aggraver la situation. Entre les guerres tribales, les prises de pouvoir éphémères, l’instabilité continuelle et les interventions extérieures dès que les ressources pétrolières ou les intérêts stratégiques sont menacés, nous avons tous les ingrédients pour favoriser un état de conflit - déclaré ou larvé - permanent. Il est évident qu’entre les querelles des uns et des autres, arbitrées par les intérêts des grande puissances - la Russie, les États-Unis et la Chine, puissance émergente dans cette partie du monde - le problème national kurde n’intéresse personne et le statu-quo convient à tout le monde. Le Statu-quo justement, c’est le deuxième handicap majeur du peuple kurde. La nation kurde s’étend sur quatre États-Nations incontournables dans la région : la Turquie, l’Iran, la Syrie et l’Irak. Et cela ne date pas d’hier, c’est une situation qui remonte à l’Antiquité. Pas sur sa forme actuelle, bien sûr, les frontières et les empires ne revêtaient pas les mêmes organisations qu’à notre époque. Mais déjà, à l’origine, les Kurdes sont disséminés entre la Perse, l’Anatolie, l’Empire parthe et le royaume d’Arménie. Des indépendances éphémères Avec la chute de l’Empire ottoman qui englobait le Kurdistan, après la première guerre mondiale, les Kurdes obtiennent un État par le traité de Sèvres en 1920, le premier État kurde indépendant, le Kurdistan. Mais les termes du traité ne seront jamais appliqués ! Les Turcs de Mustapha Kemal Atatürk auront tôt fait d’anéantir les espoirs d’un État kurde indépendant. Il y aura peu de temps après un Royaume du Kurdistan proclamé en Irak et balayé en 1924 par l’armée britannique qui occupait l’Irak à l’époque. Et une république kurde, la République d’Ararat, proclamée par les kurdes de Turquie en 1927 et écrasée trois ans plus tard par l’aviation du même Atatürk. Et il en sera de même de la République de Mahabad proclamée par les Kurdes d’Iran en 1946 et anéantie par les armées iraniennes un an plus tard. Retour à la case départ : le peuple kurde réparti sur quatre États frontaliers, la Turquie, l’Iran, la Syrie et l’Irak. Mais la révolte est toujours là. En Turquie, le PPK, Parti des Travailleurs kurdes, fondé en 1978 par Abdullah Öcalan est en lutte armée contre le pouvoir turc, même après l’arrestation et l’emprisonnement d’Öcalan. En Irak, à la faveur des deux guerres du Golfe - 1991 et 2003 - les Kurdes d’Irak et leurs peshmergas, les combattants kurdes de Massoud Barzani, obtiennent l’autonomie du Kurdistan irakien. Mais malgré l’écrasante majorité du oui à l’indépendance lors du référendum de 2017 (92%), le redéploiement de l’armée irakienne dans la région et les querelles internes des mouvances nationalistes kurdes, réduisent à néant les espoirs d’un État Kurde indépendant. Une situation inextricable Ils sont pourtant entre 35 et 40 millions, les Kurdes, répartis entre quatre États-Nations : 12 à 15 millions en Turquie ; 6 à 7 millions en Iran ;  5 millions en Irak ; 3 millions en Syrie. À ceux-là s’ajoute une importante diaspora disséminée à travers l’Europe (l’Allemagne à elle seule en compte 1 million), les pays voisins du Moyen Orient ( Arménie, Azerbahijan, Turkestan, Géorgie, principalement), l’Amérique du Nord. Un peuple de 35 millions d’individus peut apparaître comme une force. En fait, dans le cas des Kurdes c’est un handicap supplémentaire. Oui : En Turquie, ils représentent 24% de la population du pays ; en Irak 21% ; en Iran 18%. Quel pays accepterait de se voir amputé d’un quart ou d’un cinquième de sa population ? Avec les conséquences économiques, diplomatiques, politiques que cela impliquerait ? D’autant - autre handicap - que les Kurdes sont musulmans, comme leurs colonisateurs. Et même si l’Islam kurde (80% de sunnites, 20% de chiites) n’est pas l’Islam de l’Arabie Saoudite, des Frères musulmans ou de l’Iran. Les femmes kurdes, notamment , participent souvent sur un pied d’égalité avec les hommes à la vie politique et militaire des forces kurdes et chacun a en mémoire le rôle des redoutées combattantes kurdes contre Daesh. Mais ils ont la même origine cultuelle que les États qui les occupent et qui les intègrent. Pour le monde occidental, qui n’a pas beaucoup le sens des nuances, ils appartiennent au même groupe ethno-religieux. Et - conséquence supplémentaire de son importance numérique - le nationalisme Kurde n’est pas homogène, il s’en faut. Entre le PKK  d’Öcalan d’inspiration marxiste, le PDK parti démocratique de Barzani, l’UPK, parti laïque et anti-féodal (!) créé par Jalal Talabani, le HÜDA PAR d’inspiration plus ou moins islamiste, le HDP, parti turc de gauche défendant les intérêts kurdes,  pour ne citer que les plus connus et la kirielle de partis et de mouvances réparties sur quatre pays, on est loin de l’entente cordiale. On serait même souvent à couteaux tirés… Sans parler des querelles tribales, ça et là. Le bout du tunnel ? On le voit avec cet aperçu rapide d’une situation pour le moins difficile, on imagine mal le bout du tunnel pour un peuple qui semble voué à une lutte sans fin pour une indépendance illusoire. D’autant que le Moyen Orient est une aire de jeu et d’intérêts pour les grandes puissances, Russie, Étas-Unis, Chine, avec un État d’Israël prêt à intervenir pour préserver ses intérêts et ses annexions territoriales parfaitement illégitimes. Alors, les Kurdes… La Russie de Poutine a son prè carré en Syrie qu’elle tient à préserver pour des raisons stratégiques évidentes. Il ne va pas faire de peine à Bachar El Assad. Exit les Kurdes de Syrie. Les États-Unis et leur allié israélien surveillent de près l’Iran, prêts à intervenir au moindre prétexte. Les Kurdes d’Iran, ce n’est pas leur problème. L’Allemagne compte pas loin de 3 millions de turcs (d’origine ou immigrés légaux) sur son sol. Elle est par ailleurs une alliée traditionnelle de la Turquie. Elle ne va pas faire de misère à Erdogan. Et si l’Europe avait des velléités d’élever la voix, le président turc ouvre ses frontières à 3 millions d’immigrés qui se précipiteront en Europe qui ne sait déjà pas gérer les siens. Les Kurdes de Turquie ? C’est pour les protestations de principe de quelques droit-de-l’hommistes. Reste l’Irak. C’est le seul pays où les Kurdes qui constituent le Nord du pays ont une large autonomie, avec un gouvernement, le GRK, reconnue par la Constitution irakienne de 2005, suite à la défaite de l’Irak après la deuxième guerre du Golfe. Les États-Unis, qui avaient pu compter sur les peshmergas de Barzani comme alliés pour lutter contre l’armée de Saddam Hussein, en sont à l’origine. Et il faut dire que les Kurdes d’Irak menaient une lutte acharnée depuis des décennies contre le colonisateur irakien. Mais comme nous l’avons vu, le oui à l’indépendance de 2017 a vu l’armée irakienne revenir s’installer dans la région. Et les États-Unis qui ont de gros intérêts pétroliers en Irak - et incidemment dans le Kurdistan irakien - ne vont surtout pas intervenir. Les Kurdes d’Irak attendront. Seul un effondrement de l’État irakien permettrait au Kurdistan irakien d’accéder à l’indépendance. Mais là encore, il semble improbable que la Turquie laisse faire sans intervenir. L’insoluble équation kurde ? J’espère me tromper. J’espère que ceux qui parlent de la Malédiction kurde, de l’Impossible État kurde se trompent. Mais le passé et le présent du peuple kurde n’incitent pas à un optimisme démesuré… Yves Bourdiec

Telecaricate u Calendariu 2021

Eccu lu u vostru calendariu di u 2021. Hè gratuitu per tutt'i membri ch'anu un contu in u Ribombu alora andate à telecaricà lu : https://uribombu.corsica/produit/calendariu-2021/

Cap’Articulu d’Eric Simoni : Ghjennaghju d’u 2021

2021 : Pace, Salute, è Libertà, frutti difficiuli di a lotta pulitica. L’année 2020 restera une année sombre à maints égards et dans beaucoup d’esprits. Les conséquences de la pandémie ont mis en lumière les nombreuses défaillances d’un système qui continue de camper sur de fausses certitudes et des orientations parfois aussi péremptoires qu’erronées, sans jamais se remettre en question. Mais aussi, dans quelle condition d’extrême fragilité se retrouve notre société corse face à n‘importe quel phénomène émergent, dès lors qu’elle est dans l’impossibilité de réagir vite, bien, et de manière adaptée. Les liens de dépendance et le carcan administratif français s’opposent en permanence aux initiatives cohérentes qu’un territoire insulaire et une société de proximité comme la nôtre peuvent générer. Et ce, dans tous les domaines, la Santé Publique n’étant qu’un exemple - essentiel certes - mais pas isolé. Pourtant les plans vertueux existent et ne demandent qu’à être appliqués. Il faudra bien y venir car, au delà de revendications légitimes portées par tout un peuple depuis des décennies, il s’agit là, chaque jour davantage, d’une question de survie. Dans le bras de fer qui s’annonce, avoir certains leviers institutionnels en main ne suffira pas si une nouvelle stratégie - celle qui aurait dû prévaloir dès l’accession de la coalition Pè a Corsica aux rênes de l’Assemblée de Corse - n’est pas adoptée. Chaque pas que nous voudrons faire dans le bon sens, sera entravé. Mais ça, ce n’est pas nouveau, et les rapports de force politiques sont le quotidien des peuples qui veulent s’affranchir d’une tutelle étrangère partout dans le monde, et toujours dans l’Histoire. L’oublier pour se satisfaire de cogérer le système que l’on nous impose n’est sûrement pas dans l’ADN de Corsica Libera : cela a été rappelé à plusieurs reprises. L’année qui se termine, au delà des rétrospectives événementielles, est pour un grand nombre de Corses marquée par un sentiment de désillusion et une vive inquiétude pour l’avenir, dans tous les domaines, certains n’hésitant pas à parler d’ « annus horribilis ». Pourtant notre peuple a connu d’autres moments difficiles : des générations de Corses ont passé - et passent encore - des Noëls loin d’un proche injustement emprisonné; des drames, des deuils cruels, des souffrances partagées ont jalonné l’Histoire de notre pays, et celle de nos luttes les plus récentes. Notre nation a toujours produit des individus assez pragmatiques et réalistes pour savoir que ce n’est pas en renonçant à ses rêves que l’on peut se donner la moindre chance de changer la réalité. Or c’est précisément sur la réalité que tout combat politique digne de ce nom doit s’efforcer d’influer. L’évolution des modalités de lutte, pour nécessaire qu’elle soit, n’altère en rien la finalité et les fondements d’une démarche visant, depuis et pour toujours, la libération nationale de la Corse. En attendant, une nouvelle année commence, et les défis qui nous attendent ne doivent pas nous faire oublier les voeux de circonstance, surtout lorsqu’ils sont sincères et qu’ils nous engagent véritablement: Pace è Salute à tutti, è, sopratuttu, Libertà pè a Corsica è i so figlioli, chì, senza libertà, ùn ci pò esse, veramente, nè pace, nè salute. CUMPRATE LU : https://uribombu.corsica/produit/n133-ghjennaghju-du-2021/

Edizione nova per u ghjurnale

EDIZIONE NOVA ! Numaru #133 : Ghjennaghju 2021 Dop'à u so situ, eccu a versione nova di u ghjurnale : Più mudernu, più chjaru è più attuale, escera a settimana chì vene ! - Ùn ci feranu mai piantà - Cartulare : La rétrospective de l'année - Internaziunale : l'insoluble équation kurde - A cunsulta d'Orezza da l'Adecec Voce Nustrale U Ribombu ribomba

Alindi – Santu Nicoli da Pierre Cangioni

Allindì, serviziu di streaming corsu è mareterraniu prupona dicinai di filmi dispunibili pà 4 euri al mesa. U Ribombu, partinariu di a squadra Allindì prupona, ogni mese un'uchjata à nant'i filmi dispunibili di www.allindi.com. I nostri lettori hanu pussutu scopri, pà l'8 di dicembri, una silizzioni "Festa di a Nazioni Corsa" di qualità. U 20 è u 25 di dicembri, ghjughjini i primi Filmi Longhi in Allindì. Eccu una prisentazioni di "Santu Nicoli" (Pierre Cangioni - 1982) primu filmu corsu longu, fattu in Corsica cù cumidianti è tecnicanti corsi è di "L'uomo che compro la luna" (Paolo Zucca - 2018) filmu sarde chì tratta à l'usu macagnosu a tematica di l'identità ! Santu.Nicoli Dans leur histoire, le cinéma et la Corse partagent des figures, des récits, des passions similaires : des anti-héros hors la loi, des vengeances, l’intrication d’histoires politiques et intimes… En 1982, l'homme de télévision Pierre Cangioni choisit ces éléments pour réaliser la première rencontre entre cinéma de Long Métrage et langue Corse. Loin des plages et du soleil qui constituent les habituels décors des films tournés sur l’île, il préfère le village de Lama, humide, rustique, enclavé entre les montagnes et le maquis... Village de Lama qui, par l'entremise de son Festival, boucle la boucle en s'inscrivant comme une des références du cinéma corse via son Festival. Dans l’intimité d’un tel décor, à l’abri des regards du monde, se déroule un récit - habituel - de vendetta : en 1920, Sous l’influence du père, Santu (jeune étudiant en médecine à peine revenu du continent) se retrouve dans l'obligation venger la mort de son frère. Fiche Technique : Titre : Santu Nicoli Année : 1982 Langue : Corse sous titré en Français. Durée : 01 heure 06 Réalisateur : Pierre Cangioni Avec : Pierre Massimi, Robin Renucci, Pierre Benedetti, Claire Ackilli, Jean-Paul Nicolai, Jean Luisi, Noël Rochiccioli, Tintin Pasqualini. Chef opérateur de prise de vue : Paul Constantini Chef opérateur de prise de son : Jean-Guy Cassardi Chefs monteurs : Philippe Raffali - Tanneguy O'Meara Bande Originale : Natali Valli - I surghjenti

Fiura Mossa – Duppiame in Lingua corsa

Creata di ghjugnu 2010 è purtata da i capimachji, Silviu Giannecchini è Ghjuvan Liviu Casalta, l’associu FIURA MOSSA hà pè scopu a realizazione di duppiami in lingua nustrale d’opere televisive è/o cinematografiche è dinù a traduzzione di figurette à prò di a nostra giuventù.   À u principiu spezializata ind’i duppiami di filmi è serie di televisione o di cinema, a squadra di Fiura Mossa s’hè adattata à l’evoluzione numerica participendu à a rializazione di “Voce Off” per un appiecazione pè smartfoni (Lingue Vive). A creazione di Fiura Mossa hè a listess’andatura chè u Riacquistu : Salvà è sviluppà a cultura è a lingua corsa. A creazione di Fiura Mossa hè u fruttu d’una rifflessione purtata da parechje quistione. Cume fà per participà à a trasmissione di a lingua corsa in a famiglia ? Perchè i zitelli cursofoni ùn averebbenu micca accessu à prugrammi in lingua corsa ? Cume fà per chì a lingua corsa ùn sia micca vista da i più ghjovani cum’una lingua esclusivamente per i maiò ma cume un vettore di cumunicazione ligati à i so interessi ?  A prublematica di u duppiame in lingua regiunale  Le nombre de locuteurs en langue corse étant évalué entre 80 000 à 100 000 personnes pour une population d’environ 320 000 habitants, la première difficulté est parfois de convaincre les sociétés productrices de films ou de séries de s'intéresser à un marché étroit. Une autre difficulté, toujours liée à la faible démographie et au recul des pratiques orales en langues régionales est de pouvoir disposer d’une base large de comédiens. L’objectif étant de diversifier les voix d’un projet à l’autre afin de ne pas retrouver systématiquement les mêmes timbres. Les conditions à remplir pour un comédien sont triples : bien évidemment maîtriser l’art théâtral, avoir un timbre de voix correspondant au personnage destiné à être doublé et enfin avoir une très bonne maîtrise de la langue. C’est particulièrement sur ce dernier point qu’il est difficile d’élargir le socle de comédiens notamment selon les catégories d’âge. En effet, il sera par exemple plus difficile de trouver un adolescent parfaitement corsophone qu’un homme de plus de cinquante ans. La dernière difficulté majeure reste la diffusion auprès du public des supports doublés. Concernant le cas corse, il est à noter une singularité dans le domaine de l’audiovisuel vis-à-vis des autres régions : la création de la chaîne Via Stella en 2007. Par l’achat des programmes doublés, la chaîne participe ainsi au financement des projets. Il s’agit donc d’un partenaire très important pour l’association Fiura Mossa à la fois pour son rôle de diffuseur et celui de client. Le dernier vecteur de diffusion de certaines productions doublées par Fiura Mossa est le cinéma. Certains festivals comme le Festival de Lama ou les Rencontres du Film d’Animation de Bastia ont déjà programmé des moyens ou longs-métrages doublés en langue corse par l’association. Realizazione di l’associu Fiura Mossa  Le premier projet initié en 2011 fut l’adaptation de 13 épisodes de la série animée Yakari réalisée en 2005 par Xavier Giacometti. Ce dernier ayant des origines corses fut très enthousiaste à l’annonce de notre projet. Il a ainsi pu faciliter les démarches auprès de la société Médiatoon pour que cette action visant à mettre en valeur la langue de ses ancêtres sur une de ses réalisations puisse voir le jour. Deux castings furent aussi organisés pour trouver des enfants corsophones aptes à jouer la comédie. Job (de son vrai nom André Jobin), le scénariste de la bande dessinée de Yakari ayant été informé fortuitement de l’adaptation de la série animée en langue corse proposa que l’on traduise également un album de la série. C’est ainsi qu’en 2013, en parallèle à la parution du DVD des 13 épisodes doublés en corse intitulé I Signori di e Pianure, le petit indien Yakari fut aussi mis à l’honneur par la publication du premier album BD de ses aventures : Yakari è Acula Maiò. En 2015 c’est avec la société de production londonienne Magic Light Pictures que Fiura Mossa prend contact en vue d’adapter deux moyens métrages : Le Gruffalo (The Gruffalo) et Le Petit Gruffalo (Gruffalo’s Child). Ces films ont connu un succès retentissant au Royaume Unis dans la lignée des best-sellers de Julia Donaldson et d’Axel Scheffler dont ils sont issus. Les versions corses intitulées U Grufalu et U Grufalucciu furent diffusées le jour de Noël sur Via Stella. En 2016 c’est toujours avec la même société que l’association contractualise l’adaptation de La Sorcière dans les Airs (Room on the Broom) qui devient en corse Una Piazzola nant’à a Spazzola. Ce moyen métrage sera également diffusé sur Via Stella le jour de Noël de la même année. L’année scolaire 2017-2018 voit l’association franchir un cap avec l’adaptation d’un long-métrage de 85 minutes : U Cantu di u Mare lors d’une manifestation à destination des scolaires intitulée “Cinemascola”. Il s’agit d’une coproduction européenne Irlande-France-Belgique-Luxembourg-Danemark) réalisée par l’irlandais Tomm Moore dont le titre original est The Song of the Sea (Le Chant de la Mer en version française). C’est après un grand travail de communication et de logistique que le film fut projeté dans 10 salles de cinéma de Corse devant plus de 4000 enfants des écoles maternelles et élémentaires. L’intérêt de cette manifestation étant ici aussi de valoriser l’image que les plus jeunes peuvent avoir de leur langue en les plaçant dans une situation immersive collective et ludique, cette opération peut être qualifiée de grand succès. Le film fit enfin l’objet d’une diffusion sur Via Stella en prime-time le soir de Noël. Il entre également dans la programmation du Festival du Film de Lama ainsi que des Rencontres du Film d’Animation de Bastia. Par la suite, c’est directement à une double commande de Via Stella que Fiura Mossa répondit. Il s’agissait en l’occurrence du doublage de 20 épisodes de la série Léonard (Leonardu en corse) et d’un moyen-métrage de 52 minutes en deux parties : La Merveilleuse Histoire de Noël (A Storia di Natale).  C’est également durant cette période que l’association est contactée par un nouveau client en la personne de Monsieur Vincent Paoli, créateur de l’application pour smartphones Lingue Vive. Dans le cadre de ce projet novateur d’imagier sonore, Fiura Mossa fut chargé de l’enregistrement de lexique et de légendes traditionnelles en langues corse et française. Bilanciu è perspettive d’avvene  C’est donc 15 heures 30 de programmes qui ont été doublés en langue corse entre 2011 et 2019 ce qui représente en moyenne 115 minutes réparties sur sept DVD. Si ce bilan est honorable, considérant les moyens modestes de l’association, le désir d’accroître le volume de doublage afin de pouvoir proposer des programmes adaptés à toutes les tranches d’âge s’est vu renforcé à l'issue de la première décade de Fiura Mossa. Le travail basé sur le bénévolat et sur le temps libre n’étant pas extensible, décision a été prise de s’orienter vers une professionnalisation progressive de la démarche. Le deuxième axe de développement de Fiura Mossa est celui de la maîtrise de l’outil de travail en l’occurrence ici du studio d’enregistrement. La finalité étant double : économique d’abord en réduisant significativement le coût des doublages ; matérielle ensuite en disposant d’un outil performant offrant tous les équipements et le confort nécessaires à ce type de travail. Même si la trésorerie de l’association pouvait recouvrir une partie du budget global, c’est cependant grâce au soutien de la CdC (Collectivité de Corse) et de l’ADEC (Agence de Développement Économique de la Corse) que le budget a pu être bouclé. Dorénavant, Fiura Mossa dispose de son propre studio. Il donne une présence physique à l’association, et sera un lieu d’accueil et d’initiation pour les scolaires et les étudiants afin de les orienter vers cette activité qui est un nouveau vecteur pour la langue corse. Avec un salarié associatif et un outil de travail novateur, le dernier acte a été d’inscrire la démarche de l’association de façon pérenne en nouant un partenariat avec la CdC. C’est ainsi qu’a été signée une convention triennale afin de pouvoir produire un minimum de 200 minutes de programmes par an en y incluant tout type de support: longs et moyens métrages, films d’animation, séries télévisées, documentaires. Cette Convention permettra d’accélérer les procédures pour l’obtention de financements. Le temps gagné pourra être réinvesti afin que Cinemascola puisse devenir un rendez-vous annuel. En 2020, au niveau des projets de doublage l’association poursuit son action auprès des plus jeunes avec deux films d’animation britanniques produits par la société Magic Light Pictures. Le premier est un moyen-métrage de 27 minutes intitulé Monsieur Bout de Bois dans sa version française. En corse cela devient Steccu Umanu de façon à rester plus près de l’anglais Stick Man. Le deuxième s’intitule en corse E Fole Ritrose. Il s’agit d’une adaptation en deux parties de 30 minutes chacune de l’œuvre de Roald Dahl : Revolting Rhymes ou Un conte peut en cacher un autre en français. L’année 2020 correspondant au dixième anniversaire de l’association, c’est fort de son expérience que la décision a été prise de doubler un long métrage « live ». En l’occurrence le choix s’est porté sur Terminator 2, le film culte de James Cameron réalisé en 1991. Ce choix n’est pas anodin et s’explique par la volonté de placer la langue corse hors de son contexte habituel dans un film de science-fiction qui est une référence mondiale. Cela représente une première concernant un film d’envergure internationale et il est à souhaiter que cette expérience puisse se renouveler de nouveau afin de faire la démonstration si besoin était, que les langues régionales ne sont pas des langues du passé inaptes à parler des choses du monde moderne. Sta prisenza in a mudernità deve ancu scrivesi in i vettori di comunicazioni cuntempuraneu : L’associu hà u so situ internet d’infurmazione è di vendita di DVD (www.fiuramossa.com). Hè ancu prisente nant’à e rete suciale (Facebook, Instagram, Twitter). In fine, u marcatu di DVD o Blu-ray hè in regressione dapoi qualchi annu, a prussima sfida di Fiura Mossa serà di fà un locu numericu di telecaricamentu per pudè prupone tutti i so filmetti di manera perenne. Fiura Mossa Centru Culturale Una Volta, 5 Ter, rue César Campinchi, 20200 Bastia 06 87 24 89 48 assfiuramossa@gmail.com www.fiuramossa.com 
Back to Top
Product has been added to your cart