Ghjuvan Teramu Rocchi : 3 anni fà

TANTU MANCHI   Sè tù sapesse tù quant'è tù manchi Sè tù sapesse u viotu à l'intornu Sì partuta è da quellu ghjornu Ghjochi è rise ind'è no' sò stanchi   D'ùn pudetti più vede hè frastornu Da tantu manchi   U scalone hè cusì inchjuculitu Zenza tè è zenza più zitelli U scalone oghje mi pare un nidu Chì u s'anu lasciatu l'acelli   Sente solu di mè i rimpianti Da tantu manchi   RIPIGLIU Forse sì duv'è tù sì ingrandata Forse faci una vita beata Ghjorni nostri mi ne vene tanti Da tantu manchi Sè tù sapesse tù quant'è tù manchi   Sè tù sapesse u viotu à l'intornu U vaghjime hè digià di ritornu Cun i so ventisgioli languenti Un ci sì è m'attrista u ghjornu Da tantu manchi   Ghjorni nostri eiu n'aspettu tanti Da tantu manchi   G.T. Rocchi / Felì Travaglini  

Marzu #135 : hè esciutu !

U Ribombu Internaziunale #135 di Marzu 2021 ! U numaru hè esciutu : Paradisu o Isula mullizzu, l'ora di a scelta ! - Corsica Libera : "Quand vous déciderez-vous enfin à ne plus revenir?“ - Internaziunale : Grande victoire aux élections des indépendantistes en Catalogne et en Kanaky - Adecec Voce Nustrale : Santu Ghjiseppu - Allindì è u filmettu per a Madonuccia - Antoine Marielli è u so dizziunàriu https://uribombu.corsica/produit/n135-marzu-du-2021/ Pour les abonnés, choisissez simplement "ajouter au panier" puis confirmer votre commande dans votre panier. Vous pourrez directement le télécharger. www.uribombu.corsica

Cap’Articulu d’Eric Simoni : Marzu d’u 2021

Développement durable et dessein national « Dans ce système, seuls la dépendance et l’effondrement de nos ressources naturelles seront durables, voire définitifs. » La notion de développement durable est aujourd’hui omniprésente, dans les médias, dans les discours, dans tous les programmes politiques. Pourtant, dans notre pays, nous ne cessons de nous éloigner de ces objectifs vertueux, sous la pression de lobbies puissants favorisés par une administration étrangère insensible aux aspirations légitimes de notre peuple. Ainsi, lorsqu’il s’agit de polluer, de détruire notre environnement - véritable richesse économique dans le cadre d’un développement durable -, toutes les dérogations sont possibles : la destruction de l’herbier de posidonies envisagée dans le cadre des projets de port sur le site de la Carbonite à Bastia, n’est qu’un des nombreux exemples de cette scandaleuse réalité. En revanche, concernant l’obtention d’un statut fiscal et social qui orienterait au mieux l’activité économique, ou d’un statut de résident qui mettrait un frein à la frénésie spéculative, c’est un « niet » absolu qui nous est opposé. Dans ce contexte global, alors que la question du traitement des déchets correspond, de l’avis général, à une priorité, comment s’étonner que la Corse soit l’un des plus gros producteurs de déchets urbains solides par habitant du monde? Au delà de l’application des seules lois existantes, réclamée par certaines associations, il semble à la fois urgent, et pour tout dire vital, de changer radicalement de logique et d’en finir avec la prise en otage de notre économie par des forces qui nous conduisent collectivement à la ruine. Dans ce système, aujourd’hui contesté non seulement par des militants politiques ou associatifs, mais aussi par des acteurs économiques lucides et conscients des véritables enjeux, seuls la dépendance et l’effondrement de nos ressources naturelles seront durables, voire définitifs. Mais il n’y a aucune fatalité à ce que la Corse continue sa descente aux enfers, et que ce paradis, qui est à portée de main, soit inexorablement transformé en no man’s land pour notre peuple et ses générations futures. Il faut, pour cela, rester mobilisés, refuser l’application ici de modèles importés et dont on ne veut même plus ailleurs. Cela passe par une redéfinition des enjeux et des objectifs prioritaires, dans le cadre d’un projet de société cohérent, et en rupture avec toutes les formes de dépendance ou de soumission. Ce projet existe. Il demande à être réactualisé en permanence et est forcément évolutif, mais il est, depuis toujours, porté par celles et ceux qui ne renonceront jamais à libérer et construire la nation. Il nous appartient de le préciser, et d’en faire la feuille de route qui permettra à chaque acteur de la vie politique, économique, culturelle, associative d’agir pour installer une réalité alternative incontournable, que nulle force étrangère aux intérêts de notre peuple ne pourra nier ou réduire. La tâche est immense. Elle est à la mesure du grand dessein d’un peuple dont le destin national finira par s’accomplir contre vents et marées.

U Ribombu Internaziunale di Marzu 2021 : DA VENE !

U Ribombu Internaziunale #135 di Marzu 2021 ! U numaru ch'ha da esce a settimana chì vene purterà nant'à e rumenzule : Paradisu o Isula mullizzu, l'ora di a scelta ! - Corsica Libera : "Quand vous déciderez-vous enfin à ne plus revenir?“ - Internaziunale : Grande victoire auxélections des indépendantistes en Catalogne et en Kanaky - Adecec Voce Nustrale : Santu Ghjiseppu - Allindì è u filmettu per a Madonuccia - Antoine Marielli è u so dizziunàriu www.uribombu.corsica

Marc’Andria Maurizzi : Siconda norma !

Marc'andria hè natu u 16 di Maghju di u 2007 .... Hà principiatu i scacchi in CP à a scola Toga ... da tandu hà avutu a furtuna di viaghjà in u mondu sanu, di scuntrà à kasparov ... hè statu triplu campione di Corsica, campione di francia, Doppiu campione d'Europa u10 è u12 ... Dapoi l'annu passatu hè maestru internaziunale è li ferma una norma per avè u prestigiosu titulu di Grand Maestru .. Hà un altru grande passione u ballò .. ellu ghjocca a u  FCBBorgo

Scrivite nant’à u Ribombu Internaziunale

Scrivite nant'à U Ribombu Internaziunale, ghjurnale militante dapoi più di 45 anni : Vulete fà una pruposta di cartulare ? di scrive un'articulu ? ò di mandà u vostru pare ? Mandate ci à a vostra cuntribuzzione : uribombu@uribombu.corsica

Cartulare : U Fundariu

A SPECULAZIONE da Alexandra Bischof Depuis des années, la lutte contre la spéculation immobilière et la bétonisation des côtes est engagée. Le fait que chaque Corse puisse vivre et travailler sur sa terre est un des points fondamentaux de la politique que nous défendons. Pourtant, en regardant les chiffres, nous arrivons aujourd’hui à un constat plus qu’alarmant. En effet, selon l’INSEE, en 2017 la Corse compte 72 000 résidences déclarées comme secondaires soit 28,8 % de l’ensemble des logements. Cela représente trois fois plus que la moyenne française (9,7 %). Ces chiffres classent la Corse parmi ceux qui ont les parts les plus importantes de résidences secondaires. En 2018, une nouvelle étude de l’INSEE dévoile que depuis une dizaine d‘années la Corse gagne plus de 5 000 logements par an. L‘institut note d‘ailleurs que la Corse enregistre la plus forte croissance du parc de logements. Le part des résidences secondaires à l‘augmentation du parc de logements en Corse est plus importante que partout ailleurs avec 54,3 % (contre 11,2 % en moyenne française). En 2020, la Corse compte 72 000 habitations déclarées comme secondaires, ce qui représente 28,8 % du parc de logements. Plus d’une résidence secondaire sur deux c’est-à-dire 36 500 (55%) appartiennent à des propriétaires qui résident en France. Ces logements utilisés comme résidences secondaires s’avèrent être souvent plus proches de la mer que les résidences principales avec 34 % à moins de 500 mètres de la côte, contre 25 % pour celles des résidents corses. Les habitants des résidences secondaires sont des ménages aisés, leur niveau médian de 1,6 fois supérieur à celui des ménages des résidences principales avec un niveau de vie médian 1,4 fois supérieur à celui des propriétaires de résidences secondaires insulaires. Le coût du foncier a fortement augmenté. Entre 2016 et 2019, le foncier a augmenté plus vite qu’en France : +68% contre 36% et le coût quatre fois plus vite (+138% contre 64%). Selon un article de Corse-matin, malgré la crise économique induite par le contexte sanitaire, les réseaux d‘immobilier de prestige affichent « une forme insolente » avec une activité même supérieure à celle enregistrée l‘an dernier à la même période. Cible d’appétits spéculatifs féroces, nous nous rendons compte à quel point la Corse est prisée. De nationalité française pour la grande majorité d‘entre eux, ils se disputent les plus belles villas du territoire. La demande est d’ailleurs constante sur le marché. Des projets hôteliers, des établissements de luxe, des résidences secondaires s’affranchissent depuis des années des règles d’urbanisme. De plus, il se produit une accélération de la bétonisation sur des sites pourtant inconstructibles. A travers ces chiffres demeure une triste réalité : les Corses ne parviennent à se loger décemment, l’accession à la propriété pour nos jeunes devient très compliquée et les jeunes agriculteurs rencontrent des difficultés pour s’installer. Le 5 mars 2018, le tribunal administratif de Bastia annulait la délibération de l’Assemblée de Corse du 2 octobre 2015 lors de l’adoption du PADDUC qui fixait les Espaces Stratégiques Agricoles. Le 26 juillet 2018, était adopté sur proposition du Président du Conseil Exécutif, la modification du PADDUC en vue du rétablissement de la carte des Espaces Stratégiques Agricoles. Par cette délibération le président du Conseil Exécutif s‘engageait à mettre en œuvre cette procédure de modification du document en étant assisté par l’agence de l’Aménagement durable de l’Urbanisme et de l’Energie de la Corse. La délibération qui fixe les modalités de la procédure de modification des ESA a été approuvée le 26 juillet 2018 par l’Assemble de Corse. Le rapport présenté par le Président du Conseil exécutif indiquait que l’absence de cartographie ne remettait pas en cause le caractère inconstructible des ESA, et appelait les autorités compétentes, pour l’instruction et le contrôle des actes d’urbanisme, à une vigilance accrue en vue de faire appliquer les dispositions du PADDUC. En réponse, la prêfète avait assuré le principe d’inconstructibilité de ces espaces et que les services de l’Etat respectaient les dispositions du PADDUC. Pourtant, de nombreux permis de construire sont toujours délivrés par les communes et les services de l’Etat émettent systématiquement des avis favorables sur ces espaces stratégiques agricoles pourtant protégés par le PADDUC. Les documents d’urbanisme sont de surcroit, incompatibles avec le PADDUC ce qui ne peut qu’aggraver la pression foncière subie par la population. La lutte contre la spéculation a été menée de longue années par les Corses, il convient à présent à l’Etat français de prendre en compte les revendications de notre peuple. Cette situation engendre des écarts sociaux importants. Ces dernières années, certaines communes sont devenues totalement inaccessibles. Selon le rapport d‘information sur les marchés fonciers et immobiliers réalisé par l‘Agence d‘aménagement durable, d‘Urbanisme et d‘Energie, en dix ans, le prix du foncier a augmenté de 138 % en moyenne sur l‘ensemble du territoire insulaire. « Entre 2006 et 2007, ce coût s‘est accru quatre fois plus vite que sur le continent (+ 36 %). Sur la même période, le prix moyen du mètre carré bâti a augmenté de 36 % en Corse, contre 35 % pour le reste du territoire métropolitain. » Il est également indiqué que 42 communes, soit 12 % des villes et villages de Corse, sont devenues « inaccessibles » aujourd’hui. Les communes qualifiées de « non accessibles » sont toutes situées sur le littoral ou à proximité immédiate. Hormis le Centre Corse, toutes les régions de l‘île sont concernées par ce phénomène. « Les territoires les plus urbanisés ou les plus touristiques présentent les taux de communes « non accessibles » les plus élevés : l‘Extrême-Sud, la Balagne, la région bastiaise et le très recherché pays ajaccien, dont 52 % des communes sont présentées comme « inaccessibles ». En février 2018 Emmanuel Macron affirmait lors de sa venue en Corse que « la mise en œuvre d’un statut de résident en Corse, n’était pas la bonne réponse aux problèmes immobiliers de l’île ». Au cours de sa dernière visite, le Président Macron s’est exprimé sur la hausse des prix immobiliers qui privent les Corses de l’accès à la propriété́ et a déclaré : « Il faut un renforcement des contrôles pour la régularisation des fonciers. Les compétences sont dématérialisées, donc c’est à la CDC d’agir. L’Etat sera au rendez-vous de ces exigences, il n’y aura pas de défaillances liées au Covid, il faudra faire au cas par cas et vérifier les bilans entreprise par entreprise » Le statut de résident réserve le droit à l‘acquisition de biens immobiliers en Corse à celles et ceux qui y résident depuis au moins cinq ans, à titre permanent à celles et ceux qui sont nés en Corse et à celles et ceux qui ont un parent, où un aïeul, qui est né ou est inhumé en Corse. L’objectif est de freiner la spéculation immobilière et permettre aux jeunes corses d‘accéder à la propriété sur leur île. Le statut de résident est une délibération de l‘Assemblée de Corse datant du 24 avril 2014, qui a toute sa légitimité politique. Paris a pourtant rejeté la délibération sans la moindre hésitation. La hausse des coûts du foncier, le taux exponentiel de résidences secondaires et les inégalités engendrées par cette situation privent une grande partie des Corses d’acquérir un bien familial et rend inaccessible certaines communes. Comment pouvons-nous l’accepter ? Les Corses ne peuvent être exclus sur leur propre terre. Notre mouvement a pourtant été force de propositions sur la question foncière. Corsica Libera s’est prononcé en faveur d’une démarche d‘expropriation de tous les biens immobiliers acquis en Corse depuis le 24 avril 2014 par des personnes ne remplissant pas les conditions posées par la délibération de l‘Assemblée de Corse. Une démarche soutenue par le Président de l’Assemblée de Corse, qui proposait quant à lui une solution fiscale en alternative : la mise en place d‘une résidence administrative et fiscale, qui permettrait de différencier ceux qui vivent en Corse ou la diaspora, des détenteurs de résidences secondaires extérieurs à la Corse. Elle ne donne pas la possibilité d‘acheter mais d‘être exonéré d‘une éventuelle surtaxe. Jugée anticonstitutionnelle, cette proposition avait été rejetée. Pour rappel, la loi finances de 2017 prévoit une surtaxe des résidences secondaires dans les zones dites d’habitat tendu allant de 5 à 60%. Corsica Libera déposait également une motion le 29 novembre 2019 à l’Assemblée de Corse demandant un recours contre tout document local d’urbanisme en cas de non-respect du PADDUC. Cette dernière visait à faire respecter les orientations politiques de l’Assemblée de Corse, exprimées notamment à l’occasion du vote du PADDUC en 2015, et les règles de droit qui découlent de ces décisions politiques. En effet, en mai 2019 une délibération sollicitait la signature d’une convention avec l’Etat afin de renforcer le contrôle de légalité avec la création d’un comité de suivi chargé de vérifier la légalité des autorisations d’urbanisme délivrées sur des parcelles présentant le caractère d’ESA ou le caractère d’espaces nécessaires au maintien ou au développement des activités agricoles, pastorales au sens des articles du code de l’urbanisme concernant respectivement les communes du littoral et les communes de montagne. Une proposition rejetée à son tour par la préfète de l’époque, Josiane Chevalier. L’Etat français ne peut continuer d’ignorer les décisions de notre Assemblée, en ne tenant compte de la situation politique Corse et des engagements pris. Les politiques défendues par Corsica Libera sont légitimes et les Corses ne peuvent être indéfiniment chassés de chez eux. Ainsi, faire valoir les choix démocratiquement exprimés doit demeurer une priorité. Aujourd’hui, la mobilisation doit continuer afin de lutter contre cette situation foncière.   TERRA SALVA presidenza di l'assemblea Lors de la séance publique de l’Assemblée de Corse en juillet 2019, suite à la présentation du rapport de l’AUE sur la situation foncière en Corse, chaque groupe a reconnu la gravité du phénomène de dépossession à l’œuvre. Les chiffres sont alarmants et le constat est plus qu’inquiétant : on n’a jamais autant construit dans l’île et les prix n’ont jamais été autant élevés. Face à cette situation, le statut de résident, voté en 2014 par l’Assemblée de Corse, demeure la solution la plus adaptée car il répondrait à des problématiques différentes, tant au niveau social qu’agricole et économique, et en matière de préservation de l’environnement. Cette proposition, pour l’heure, s’est heurtée à une fin de non-recevoir. Pourtant les Corses doivent défendre leur droit à demeurer dans leur pays afin de ne pas en être chassés par la force de l’argent, comme le font d’autres peuples, y compris dans l’Union Européenne. Le Président de l’Assemblée de Corse, conformément à son discours du 25 juillet 2019 en ouverture de la séance publique, propose de lancer une démarche collective de la Corse afin d’obtenir de Paris les moyens juridiques nécessaires pour traiter cette problématique. Dans cette démarche, les institutions devront naturellement tenir leur place, mais leur seule action ne saurait suffire à créer le nécessaire rapport de forces avec Paris. Le rapport réalisé par l’Agence de l’Urbanisme et de l’Energie relatif au foncier, présenté en juillet dernier à l’Assemblée de Corse, confirme l’ampleur de la démarche de dépossession à l’œuvre. Il mentionne notamment le chiffre de l’augmentation des prix des terrains constructibles : 138% en 7 ans ! Devant cette inquiétante réalité, en séance publique, les groupes de l’opposition ont dû reconnaître la gravité d’un phénomène mettant largement hors de portée des Corses l’accession à la propriété dans leur propre pays. Depuis de nombreuses années, le mouvement indépendantiste Corsica Libera avait défendu le principe de statut de résident, lequel a été validé à une forte majorité par l’Assemblée de Corse le 24 avril 2014. En décembre 2015, les nationalistes ont accédé aux responsabilités dans les principales institutions de l’île, puis à nouveau en décembre 2017, à la majorité absolue cette fois. Toutefois, les discussions engagées avec le gouvernement français au début de l’année 2018 n’ont pas permis d’avancer, les élus corses s’étant heurtés à une fin de non-recevoir. Pourtant les Corses doivent défendre leur droit à demeurer dans leur pays et à ne pas en être chassés par la force de l’argent. Les Corses doivent défendre leurs droits, comme d’autres peuples le font, y compris dans l’UE. Des solutions existent. À l’extérieur de l’Europe, les cas sont nombreux : observons que récemment, dans un cas beaucoup moins grave (60% d’augmentation du prix du foncier en 10 ans alors qu’en Corse il s’agit de 138% en 7 ans !) la Nouvelle Zélande a décidé d’interdire la vente de biens immobiliers à des étrangers. En Europe (mais hors UE) la Suisse protège également son patrimoine immobilier et limite drastiquement les possibilités d’acquisition par les étrangers. Au sein même de l’Union Européenne, Åland (province de Finlande) réserve l’achat de l’immobilier aux résidents, et le Danemark interdit l’achat de résidences secondaires aux étrangers. Il existe également le cas de Bolzano. Pour une double démarche, institutionnelle et populaire : « Terra salva » Cette démarche pourrait s’organiser autour d’un programme de négociation avec Paris, qui comprendrait les six points suivants : - Statut de résident - Résidence administrative et fiscale - Dispositif type « Bolzano » (Italie) - Centre des Intérêts Matériel et Moraux - Renforcement de la spécificité en matière de fiscalité du patrimoine (ex « arrêté Miot ») - Respect plein et entier par l’administration d’Etat du PADDUC, et notamment des 105.000 ha d’Espaces Stratégiques Agricoles (ESA).   GHJUVENTÙ LIBERA Depuis la décision du FLNC de sortir de la clandestinité et l‘accession du mouvement national “aux responsabilités“ à l‘assemblée de Corse, la part de résidences secondaires sur notre terre explose littéralement. Cette augmentation significative de logements appartenant à des non corses, et majoritairement à des Français semble ne plus pouvoir être freinée, tant les moyens à notre disposition pour lutter contre cet accaparement de la terre par les puissances de l‘argent sont limités. Le statut de résident aurait pu être un outil permettant de réguler cette situation mais c‘était sans compter sur la volonté de Paris de faire échouer systématiquement chaque tentative de notre part visant à endiguer le phénomène. Les Corses se retrouvent ainsi depossédés de leur terre et face à la flambée des prix, ne sont plus en capacité de se loger. Cet état de fait touche particulièrement notre jeunesse, qui dans un avenir proche sera contrainte à l‘exil si elle veut pouvoir se loger. Les résidences secondaires qui étaient encore hier des bronzodromes pour riche Français en fin de vie sont devenues des investissement rentables par le biais du développement des locations type B&B qui constituent une concurrence déloyale au secteur hôtelier et un facteur déterminant de l‘augmentation des prix du foncier. Heureusement le développement de ce nouveau secteur économique a des conséquences positives pour les Corses et particulièrement en matière d‘emplois, désormais nos jeunes sont invités à faire du gardiennage dans ces maisons où à en assurer l‘entretien. De communauté historique sur cette terre, nous serons bientôt devenus une communauté de domestiques, merci bwana. Les terres quand elles ne sont pas vouées à la speculation sont aujourd‘hui occupées par des bases militaires, ou réservées pour accueillir des locaux de gendarmeries et des logements pour les familles des forces d‘occupation. Les derniers chiffres de L‘INSEE prouvent que l‘immigration française sur notre sol tend à s‘accélérer, et cette vague migratoire se traduit par la mise en place de non Corses à des postes de responsabilité dans la plupart des administrations, c‘est le cas par exemple à Pôle Emploi où la direction affiche clairement son hostilité à la charte pour l‘emploi local et au principe de corsisation des emplois. En parallèle, l‘Ambassadeur de France en Corse continue de distribuer à tour de bras des permis de construire légaux ou pas, tout en continuant à se prendre pour le roi de l‘île. Le siècle dernier était celui de la décolonisation pour de nombreux pays du globe, ce siècle est celui de la recolonisation pour notre île. In parechje cità, so oghje messe in piazza iniziative per pruvà di fà calà u numeru di residenzie sicundarie, per via di una tassazione supplementaria. Ci vuleria da allargà st‘iniziative à l‘inseme di u nostru Paese è chjamemu i merri à andà in stu sensu. Chjamemu dinù una volta di più l‘Assemblea di Corsica à piglià in contu l‘urgenza di a situazione è à piglià e so rispunsabilità, andendu s‘ella ci vole sin‘à a disubbidienza civile ! A situazione hè chjara, per pudè campà Corsi annant‘à a nostra terra, a mubilizazione di u Populu Corsu hè più chè necessaria.

Ferraghju #134 : hè quì !

Hè esciutu u vostru Ribombu #134 di Ferraghju 2021 !   – Corsica Libera : Ritruvemu a strada di a Lotta – Cartulare : U Fundariu, a speculazione – Analise Pulitiche : Le temps du mépris – Adecec Voce Nustrale : Quellu ziu poveru carnavà ! – A scelta di u mese da Allindì – A pagina Spartimusica cù Clément Albertini   www.uribombu.corsica Pour les abonnés, choisissez simplement "ajouter au panier" puis confirmer votre commande dans votre panier. Vous pourrez directement le télécharger.

Offerta* : U Ribombu è Allindì per 40€

Offerta* : À partesi d'avà, l'abbunamentu "stampata + digitale" à U Ribombu Internaziunale vi rigala d'un annu d'abbunamentu uffertu à Allindì, u serviziu SVOD Corsu. https://www.allindi.com/ *Solu i deci primi

Cap’Articulu d’Eric Simoni : Ferraghju d’u 2021

« ...On m’ôtera les armes et je la défendrai avec mes mains la maison de mon père. On me coupera les mains et je la défendrai avec mes bras la maison de mon père. On me laissera sans bras, sans poitrine et je la défendrai avec mon âme la maison de mon père. »* S’il est un combat emblématique de la lutte nationale corse c’est bien celui que les patriotes ont de tous temps mené contre la dépossession foncière de notre peuple. Le phénomène de transfert de la terre et des biens immobiliers excluant les Corses au profit de personnes ou de groupes financiers étrangers, qui est à l’œuvre depuis trop longtemps déjà, a connu une accélération notable ces dernières années. Certaines mobilisations de la part de Corsica Libera, comme aux Palazzi en Balagne ou au couvent de Santa Catalina à Siscu ont permis de donner un coup d’arrêt ponctuel à cette pression permanente des forces de l’argent qui tend à faire des Corses des errants sur leur propre sol. Cela est d’autant plus insupportable que ce qui nous lie à notre terre, comme à nos maisons, va, depuis le fond des âges, bien au delà de la propriété matérielle. Nous appartenons au lieu au moins autant qu’il ne nous appartient. Aucune administration étrangère, aucune transaction financière, ne sera jamais assez légitime à nos yeux pour nous faire accepter cette logique mortifère de dépossession programmée. De l’action armée du FLNC jusqu’en 2014, à la revendication d’un indispensable statut de résident, en passant par le programme intitulé « Terra salva » défendu par le groupe d’élus de Corsica Libera à l’Assemblée de Corse, la volonté du peuple corse de combattre ce fléau s’est toujours affirmée. Et continuera à le faire. C’est une question vitale qui touche non seulement à ce qui doit être reconnu comme nous appartenant, mais aussi, comme on l’a vu, à ce que nous sommes. La résolution démocratique de ce problème est également une exigence autant qu’une garantie d’évolution pacifique durable dans un contexte qui ne cesse de se tendre et de s’aggraver, du fait d’apprentis sorciers qui, dans les officines parisiennes, continuent de penser que le pourrissement de la situation est toujours la meilleure stratégie. La Corse ne connaît que trop bien les conséquences de ce genre de calculs, aussi ineptes que cyniques. Notre Histoire contemporaine en est, malheureusement, jalonnée. Ils ont pourtant échoué jusqu’ici à réduire notre sentiment national et ce dernier a, au contraire, été à l’origine de victoires sur un terrain institutionnel pourtant miné par un corps électoral en partie étranger. Il n’en demeure pas moins que la lutte contre une spéculation immobilière prédatrice aux effets délétères doit être prioritaire et nécessitera un mouvement global intéressant toute la société, bien au delà des rangs d’une Assemblée de Corse qui, aujourd’hui, n’est pas en mesure d’imposer, seule, les règles indispensables à la sauvegarde de nos intérêts communs face à un Etat français plus sourd et aveugle que jamais. Comme les indépendantistes n’ont eu de cesse de le rappeler, le maintien de l’usage et de la propriété de notre terre par les Corses est une des conditions indispensables pouvant nous permettre d’assurer un avenir à notre peuple. Aujourd’hui, le combat politique à mener contre l’exclusion des Corses de leur propre terre répond toujours, à la fois, à des problématiques d’ordre social, agricole, culturel, économique ou environnemental. Il est central, essentiel, incontournable, et demandera la mobilisation de toutes les forces vives de notre pays. *Gabriel Aresti (La maison de mon père, 1963, Euskadi)
Back to Top
Product has been added to your cart